• Harley McKenson-Kenguéléwa

Top 20 des start-up innovantes à suivre de (très) près au Kenya

Mis à jour : il y a 4 jours

Le Kenya est une terre d’innovation. Une pléthore de startups y voient le jour chaque année. Celles qui se développent ont su répondre à des problématiques locales ou transnationales avérées et à des préoccupations de politiques publiques. Le webzine CEO Afrique a identifié 20 pépites innovantes kenyanes sur lesquelles il faut absolument miser.





Le Kenya, une " Startup Nation " ? Une chose est certaine : la montée en puissance de la "Silicon Savannah" montre que le pays est susceptible d'être aussi une terre d'accueil en matière d’innovation technologique. Les deux métropoles sud-africaines, Cape Town et Johannesburg sont réputées pour être la plaque tournante des start-up sur le continent, mais d'autres villes africaines, dont la capitale kényane Nairobi, sont parmi les viviers de compagnies tech à fort potentiel de croissance.

Lire aussi : Palmarès des 25 meilleures villes d'Afrique où lancer sa startup

Avec le succès du système de paiement mobile M-PESA et le projet phare de pôle technologique " Konza Technopolis ", la tendance est désormais aux startups, ce qui permet à cet État d'Afrique de l'Est d’affirmer ses ambitions aux côtés des écosystèmes égyptien ou nigérian. Sources d'inspiration potentielles pour la scène digitale panafricaine, 20 pépites innovantes kényanes ont été jugées prometteuses par le webzine CEO Afrique :



WorkPay

Pour optimiser les revenus des salariés et optimiser la performance de l'entreprise

Fondée en Juin 2017 par Paul Kimani et Jackson Kibigo , la start-up WorkPay ( ex: TozzaPlus ) a mis au point une solution de gestion de la paie et des ressources humaines (RH) basée sur le cloud, dédiée aux PME africaines. Elle comprend les fonctionnalités de base, dont l’édition de fiches de paie ou la tenue du registre du personnel. En outre, la plateforme dispose d’une capacité à effectuer simultanément le calcul du temps de travail sur une période journalière, hebdomadaire ou mensuelle, mesurer la performance des employés via des indicateurs clés et programmer les différents congés payés au sein d'une entreprise.

Les raisons d’y croire :

La facilité d'utilisation de cette application tranche avec les inefficacités observées sur le continent concernent le paiement des salaires en espèces et permet de faire face, entre autres, à la problématique des employés fantômes en Afrique, composés essentiellement d’anciens collaborateurs ayant toujours accès aux données sensibles et stratégiques de l’entreprise, de personnes à la retraite ou décédées, donnant l’occasion ainsi aux entreprises d’économiser beaucoup d'argent, eu égard aux coûts salariaux.


Les potentialités de la start-up kényane ont amené plusieurs investisseurs, parmi lesquels Musha Ventures, P1 Ventures, Soma Capital, ainsi que l’accélérateur américain Y Combinator, à y effectuer une entrée au capital. Environ trois cent petites et moyennes entreprises ont été recensées sur la plateforme, avec près de 25 000 employés dont les paies ont déjà été traitées. WorkPay envisage d’étendre ses activités dans toute l’Afrique de l’Est.






Taimba

Pour diminuer le nombre d'intermédiaires entre producteurs agricoles et consommateurs


Co-fondée en Décembre 2016 par Dominique Kavuisya et Joan Kavuisya, la start-up Taimba a développé une plateforme mobile reliant les petits exploitants agricoles aux détaillants en milieu urbain. La jeune pousse s'approvisionne en produits agricoles auprès des fermiers et effectue la livraison directement aux épiceries fines, aux écoles, aux hôpitaux et aux restaurants de Nairobi. Concrètement, lorsqu’un marchand de fruits et légumes effectue par exemple une commande sur le site, Taimba s’occupe du reste : commande auprès des producteurs, collecte, tri, stockage dans l’entrepôt, livraison etc...

Les raisons d’y croire :

Alors qu’un bon nombre d’ exploitants africains vendent leurs produits agricoles à perte, Taimba met un point d’honneur à réduire le nombre d'intermédiaires entre producteurs et clients finaux et optimise la chaîne de valeur agroalimentaire qui profite entre autres aux fermiers. Grâce à son soutien logistique, la société permet aux producteurs de gagner du temps et d'économiser sur les coûts de transport.


Forte de sa collaboration avec près de 2000 agriculteurs et s’appuyant sur un portefeuille de 300 clients., la société cherche à augmenter les ventes et à conquérir de nouvelles parts de marché au Rwanda, en Éthiopie,en Tanzanie et en Ouganda.





Emploi ( ex Jobsikaz )

Pour mettre l'intelligence artificielle au service du recrutement

Développée en Janvier 2016 par Sophy Mwale, la plateforme ‘ Emploi’ offre la possibilité aux recruteurs identifier les candidats les plus proches possibles du profil déterminé, sur la base du machine learning et de l’analyse prédictive qui vont prédire leur performance future, leur degré d’implication et leur adhésion à la culture d'entreprise, ou à contrario prédire leur départs de la société.


Les raisons d’y croire :

La plupart des TPE et PME africaines se retrouvent avec des processus de recrutement désuets et inefficaces qui pourraient sérieusement impacter la marche de leur business. D’autre part, les fondateurs se chargent eux-mêmes d’embaucher le personnel, surtout en phase de démarrage. Eu égard à leur inexpérience en tant que recruteurs et leur manque de disponibilité, ils sont souvent amenés à effectuer une mauvaise évaluation de leurs besoins et à se tromper sur les qualités des personnes à recruter.


A travers la plateforme "Emploi", l’intelligence artificielle permet de simplifier et de réduire les tâches de gestion chronophages, dont le tri de curriculum vitae , auxquelles sont confrontés généralement les services de recrutement. Ces derniers pourront se focaliser davantage sur la rencontre physique entre candidats et employeurs et mettre en place une stratégie de procédure d'embauche qui garantira un traitement juste et équitable des candidats.


La start-up est présente au Kenya, en Tanzanie, au Rwanda et en Ouganda et compte très bientôt renforcer sa compétitivité en pénétrant les marchés zimbabwéen, sud-africain, zambien, somalien et sud-soudanais.

dxd





Asilimia

Pour faciliter l'accès au financement pour les entrepreneurs

Co-fondée par Tekwane Mwendwa et le français Maxime Servettaz en 2017, Asilimia, spécialisée dans le mobile-money a développé une plateforme qui a pour vocation de renforcer la trésorerie des entrepreneurs & TPE kényans. Elle propose donc des solutions de financement et des assurances pour les petites entreprises.


Les raisons d’y croire :

D’une manière générale, l'inextricable complexité bureaucratique plombe la compétitivité de nombreuses TPE locales qui ne parviennent pas à accéder à des services financiers diversifiés. Mais lorsque l'occasion se présente, ce sont plutôt des frais bancaires trop élevés, assez dissuasifs, qui nuisent à leurs perspectives de développement. Malgré l’essor des services financiers mobiles innovants qui ont été dynamisés par le succès du système de paiement M-Pesa, beaucoup d’entrepreneurs sont toujours marginalisés dans l'octroi des crédits et sont dans l’impossibilité de se développer.


La start-up Asilimia tente de se positionner sur ce segment d'une importance cruciale, et apporter une valeur ajoutée significative en réduisant les frais de transactions, en minimisant les risques de fraude et, d’une manière générale, en éliminant toute procédure fastidieuse sur sa plateforme.





Access Afya

Pour rendre les soins de santé abordables et accessibles à tous

Fondée par Melissa Menke en janvier 2012, la start-up Access Afya offre un accès aux soins des personnes en situation de précarité dans les zones urbaines du Kenya. Elle effectue par téléphone le dépistage des éventuels problèmes de santé et est aussi en mesure de déployer des cliniques mobiles dotées de l’équipement médical et technologique nécessaire, ainsi que de médicaments essentiels.


Les raisons d’y croire :

Il manque cruellement d'infrastructures sanitaires dans les périphéries de Nairobi et les soins médicaux restent chers en clinique. La startup Access Afya a été mise sur pied pour répondre aux besoins sanitaires des populations démunies et marginalisées des bidonvilles kényans. La structure a élaboré un processus plus complet de dépistage et d'évaluation des problèmes de santé par téléphone, comme l’hypertension artérielle, le diabète, la fièvre typhoïde, le paludisme ou les maladies infectieuses oculaires. Le cas échéant, les patients sont orientés vers les microcliniques à bas prix mises en place par cette startup ou sont assistés par des équipes mobiles d’appui médical.








PayGo Energy

Pour démocratiser le système du pré-paiement du gaz

Co-fondée en 2014 par Fausto Marcigot, Mike Hahn et Nick Quintong, la start-up

PayGo Energy a développé ‘Cylinder Smart Meter’, un moniteur qui aide les ménages, ayant opté pour l’utilisation de compteurs prépayés, à calculer, prévoir et gérer leur consommation d’énergie afin réduire notamment leurs factures de gaz, Grâce à cet appareil portatif, le fournisseur sera en mesure de diagnostiquer en temps réel la pénurie de gaz. Un agent de distribution, situé à proximité du domicile de l’usager, peut intervenir à tout moment pour faire le plein.


Les raisons d’y croire :

La cuisine au gaz est un des modes de cuisson de plus en plus utilisé et très apprécié dans un bon nombre de foyers kényans. Toutefois, une consommation incontrôlable de cette source d'énergie peut faire faire monter les prix en flèche. Pour éviter le casse-tête des factures impayées, "Cylinder Smart Meter" se veut la solution intelligente permettant une facturation au plus proche de sa consommation réelle.


PayGo Energy a noué un partenariat stratégique avec le distributeur panafricain Safari Supa Gas, qui s’est engagé à fournir aux clients un produit beaucoup plus respectueux de l'environnement, et a élargi ses opérations en Asie, spécialement au Bangladesh et au Vietnam, grâce à son alliance avec le conglomérat japonais ‘Saisan’ spécialisé entre autres dans la fourniture de gaz et d’électricité, dont la collaboration sera utile dans la poursuite de la conquête du marché asiatique, avec en ligne de mire l’Inde, la Thaïlande, le Népal, la Mongolie, le Laos, le Cambodge et l’Indonésie.






Apollo Agriculture

Pour assurer un meilleur rendement des cultures

Co-fondée en 2016 par le trio d’entrepreneurs Eli Pollak, Benjamin Njenga et Earl St Sauver, la start-up " Apollo Agriculture " fournit des conseils aux exploitants agricoles sur la façon d'optimiser la productivité sur leurs terres. L’objectif de la jeune pousse est de leur apporter des financements et d’aider les fermiers à prendre de meilleures décisions en vue d’augmenter le rendement de leurs récoltes en utilisant des produits intrants ( fertilisants, semences ou produits phytosanitaires pour l’éradication des parasites etc...) .


Les raisons d’y croire :

Avec pourtant près de 65 % des terres arables de la planète détenues par l’Afrique, le sous-financement chronique de toute la chaîne de valeur agricole, l’épuisement des sols occasionnant une perte de leur fertilité et les précipitations irrégulières empêchent le développement du plein potentiel de l’agriculture à l'échelle continentale. De plus, malgré la pléthore de produits de crédit que l'on trouve sur les plates-formes de financement participatif, les petits exploitants ont difficilement accès aux services financiers. De ce fait, la startup ‘Appolo Agriculture’ s’est saisie de cette problématique pour faciliter les prêts aux fermiers et mettre les méthodes technologiques et agricoles de pointe au service d'une agriculture productive, inclusive et rentable.






Techno Brain

Pour mieux sécuriser les données numériques

Fondée par Manoj Shanker, la startup Technobrain a développé une plateforme de gestion des identités et des accès, fournit des solutions numériques en matière de gestion des finances publiques et de fiscalité & douane. Elle utilise également la technologie blockchain pour une meilleure traçabilité des produits fabriqués afin d’authentifier les marques de commerce dans le cadre de la lutte anti-contrefaçon .

Les raisons d’y croire :

Dans un monde de plus en plus connecté, protéger son identité numérique est aujourd'hui un enjeux majeur pour tout type de structure qui peut faire face à tout moment à des menaces ou à des situations de vulnérabilité : usurpation ou manipulation d’identité, altération ou modification de documents, vol de données etc... Il devient urgent pour toutes les organisations de se doter d’un système d'information sécurisé et garantit l’authentification, l'intégrité et la confidentialité des données. Forte de son partenariat avec Microsoft, la société Techno Brain a remporté un appel d’offre auprès des autorités du Malawi pour la fabrication de visas électroniques.


Par ailleurs, une bonne gestion des finances publiques est indispensable au développement économique d’un pays. Le fonctionnement de l'administration et la fourniture de services publics nécessaires aux populations en sont grandement tributaires.

Il est donc crucial, pour la stabilité macroéconomique et la réalisation d’excédents budgétaires, d’optimiser la gestion des finances sous peine d’engendrer une perte significative de ressources publiques. Techno Brain collabore avec plusieurs gouvernements, notamment ceux de pays situés dans les sous-régions d’Afrique australe, de l’Est et de l’Ouest qui se sont mis à automatiser leur système gestion des finances publiques via cette solution numérique afin de répondre à ce besoin d’optimisation.








Copia

Pour faciliter l'accès au commerce de détail pour les ménages à faible revenu


Fondée par le trio d’entrepreneurs Tim Steel, Crispin Murira et Tracey Turner, la start-up Copia a développé une plateforme e-commerce, servant d’intermédiaire entre marchands et acheteurs, qui propose une variété de produits de qualité à bas prix, destinés aux consommateurs à faible revenu et à revenu moyen vivant en dehors des grandes zones urbaines et non bancarisés.


Les raisons d’y croire :

Les supermarchés et autres commerces de détail dans les communes situées hors des zones urbaines kenyanes restent marquées par des insuffisances persistantes.

La démarche de Copia prend le contre-pied de la stratégie des géants du commerce électronique fondée principalement sur les besoins et attentes des classes moyennes. La start-up revendique près 450 000 consommateurs à travers le pays, notamment dans les comtés de Kiambu, Embu, Kirinyaga, Machakos, Murang'a, Nakuru, Nyandarua et Nyeri. Elle envisage désormais une expansion en Ouganda.





ManPro

Pour planifier et gérer au mieux vos chantiers

Fondée en Juillet 2018 par Linus Wahome, la start-up ManPro développe des logiciels et des solutions de gestion de bout en bout (end-to-end), pour le secteur du BTP et de la construction immobilière, qui permet d’optimiser les délais d’intervention dans les chantiers et réduire les coûts de construction.

Les raisons d’y croire :

Avec l’augmentation croissante des coûts de construction pour les professionnels du BTP, l'absence de suivi adéquat et les difficultés à anticiper l'état de leur trésorerie rendent le suivi de trésorerie assez compliqué. Nombreuses sont les entreprises issues de ce secteur à adopter ces technologies digitales pour répondre à cette problématique. Afin de bien se positionner sur ce segment de marché en Afrique, Man Pro a su apporter sa valeur ajoutée en instaurant une pléthore de fonctionnalités : planification de projet, suivi de chantier, gestion des flux de trésorerie etc...






Ilara Health

Pour améliorer la prise en charge des patients grâce à l’intelligence artificielle

Fondée en 2018 par Emilian Popa, Amaan Banwait et Hannes Eckmayr, la start-up Ilara Health a développé une application qui collecte des données sur les patients, en lien avec des dossiers médicaux électroniques (tension artérielle, cholestérol, poids résultats d'analyses de sang, d’urines ou de selles, scanner etc ...), et qui utilise l'intelligence artificielle pour poser un pré-diagnostic médical.

Les raisons d’y croire :

Beaucoup de médecins généralistes en Afrique ne disposent pas de moyens nécessaires pour effectuer des diagnostics complets. D’autre part, la plupart des personnes malades ne sont pas en mesure de se rendre dans des laboratoires ou de consulter des spécialistes recommandés par les médecins généralistes — dont les symptômes des patients ne sont plus de leur ressort — faute d’argent ou d’infrastructures médicales adéquates.

L’intelligence artificielle a le mérite d’accélérer le diagnostic des pathologies et de faciliter le suivi, tout en fournissant la meilleure qualité de service possible. Avec sa plateforme numérique, Ilara Health ambitionne de pouvoir formuler aux patients des recommandations de soins sur mesure. La jeune pousse envisage également de construire des cliniques en milieu périurbain au Kenya, compte tenu des besoins actuels criants.







MarketForce 360

Pour piloter et analyser la performance de ses équipes de ventes

Co-fondée par Tesh Mbaabu et Mesongo Sibuti en Janvier 2018, la start-up kényane MarketForce a développé une plateforme de marketing qui accompagne les enseignes et les retailers dans l’analyse des parcours d’achat et des données comportementales afin de mieux répondre aux attentes et besoins des consommateurs finaux. Elle traite et analyse les informations relatives aux clients et aux prospects — collecte des commandes, visibilité des stocks et des livraisons, disponibilité des canaux de distribution — en vue d’optimiser la livraison de biens et services.

Les raisons d’y croire :

Un bon nombre d’entreprises en Afrique sont confrontés à une pénurie d’information sur la productivité de leurs équipes de vente et sur la manière dont ils pourraient gagner en efficacité. Les difficultés sont d’autant plus grandes que ces entreprises appartiennent, pour la plupart d’elles, au secteur informel. La technologie MarketForce 360 les aide à mieux appréhender les cibles, à coordonner l'ensemble du processus d'exécution et à mieux organiser leurs actions commerciales.





Finplus

Pour mieux gérer, surveiller et contrôler les transactions bancaires

Fondée en Mars 2017 par le duo d’entrepreneurs Kageni Wilson and Bernard Banta, la start-up kényane Finplus aide les banques et autres institutions financières à fonctionner plus efficacement. Elle a développé une solution logicielle qui leur permet de gérer leur activité de service de paiement et les montages de dossier de prêt, s’assure du suivi de conformité des clients face aux législations anti-corruption et réduit le risque d’usurpation d'identité, de fraude fiscale et de blanchiment d'argent .

Les raisons d’y croire :

Avec l’essor de la microfinance qui a pris le contre-pied de la logique bancaire classique en Afrique de l’Est, il apparaît de plus en plus clairement que les FinTech développent des solutions logicielles afin de rendre ce segment de marché beaucoup plus efficient. Une condition sine qua non pour conquérir d’autres clients et particulièrement la frange de la population non bancarisée qui continue à utiliser les pièces et billets de banque en raison des coûteux frais de transaction. Finplus compte de prestigieux clients au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie parmi lesquels Fanikiwa, Premier Credit, Platinum Credit et PostBank.




Sokowatch

Pour numériser la chaîne d'approvisionnement dans le secteur informel


Fondée par en juin 2014 Daniel Yu, la start-up Solowatch a conçu une application mobile qui permet aux détaillants issus du secteur informel de commander via SMS des produits auprès de fournisseurs-partenaires et de se faire livrer le jour même.


Les raisons d’y croire :

La plupart des opérations liées aux commerces de détail se font par le biais du circuit informel, malgré l’émergence des shopping malls en Afrique. Les ruptures de stock sont beaucoup plus fréquentes dans la plupart des magasins, d’autant plus que les opérateurs appartenant à l’économie souterraine disposent d’un accès limité aux services financiers pour pouvoir développer leurs activités

Sokowatch veut tirer le meilleur parti des appareils mobiles en donnant l’occasion aux petits commerçants de s'approvisionner directement sur sa plateforme pour court-circuiter les intermédiaires et augmenter les marges bénéficiaires de ces derniers. La start-up opère actuellement à Nairobi, Mombasa, Nakuru, Eldoret, Kampala (Ouganda), Arusha (Tanzanie), et Mwanza (Tanzanie).





Amitruck

Pour connecter des acteurs du transport logistique


Co-fondée en Janvier 2019 par Mark Mwangi et Timothy Mwang, la start-up kényane Amitruck est une une plateforme technologique de logistique qui utilise une application mobile pour permettre une meilleure collaboration entre les expéditeurs, les entreprises de camionnage, les propriétaires de moto, de pick-ups ou de fourgons, en vue de fournir aux clients un meilleur d'acheminement et de distribution de colis .


Les raisons d’y croire :

Le secteur de la logistique en Afrique, déjà très fragmenté, souffre d'un manque de transparence dans l’approvisionnement des produits commandés. La start-up Amitruck a construit son modèle économique en éliminant tous les intermédiaires inutiles ou trop coûteux. Elle utilise la technologie mobile pour combler le fossé logistique entre les expéditeurs et les transporteurs de fret, en diminuant drastiquement le processus logistique classique. Cet outil présente l’avantage de pouvoir suivre l’évolution de l'acheminement des colis côté vendeur et côté acheteur, en amont et en aval, et assure une meilleure transparence : origine des matériaux, lieu de production des biens approvisionnés, pratiques opérationnelles des fournisseurs, contrôle de la conformité des fournisseurs, lutte contre la corruption etc ....





Fuzu

Pour mettre le potentiel de l'utilisation d'internet et l'intelligence artificielle au service de la recherche d'emploi


Fondée en 2013 par Jussi Hinkkanen, la start-up Fuzu [ qui signifie ‘succès personnel’ ou ‘réussite personnelle’, NDLR ] a mis au point une plateforme numérique qui utilise l’intelligence artificielle pour connecter des talents à haut potentiel avec des recruteurs. Un algorithme analyse donc le taux d’adéquation entre le profil du candidat et la publication de l’annonce émise par l’employeur.


Les raisons d’y croire :

Avec un taux de pénétration Internet de près de 87.2% au Kenya (Source : Internet World Stats), les sites de recrutement connaissent un succès croissant auprès des entreprises locales. D’autant plus que, d’une manière générale, l’Afrique constitue l’un des plus grand marchés de l’emploi au monde.

La jeune pousse Fuzu, qui s’est saisie de l’enjeu de cette problématique, opère au Kenya et en Ouganda et revendique près 7,5 millions d'utilisateurs.






M-Paya

Pour évaluer et maîtriser sa consommation d'électricité


Fondée par Mwai Mworia en janvier 2018, la start-up M-Paya fournit des compteurs d'électricité prépayés destinés aux bâtiments résidentiels et commerciaux, fonctionnant sur le modèle de la mobicarte.


Les raisons d’y croire :

Dans une Afrique où l'énergie reste relativement chère pour les foyers, le prépayé est sans doute la méthode la plus adéquate pour inciter les utilisateurs à contrôler rigoureusement leur consommation et éviter des factures salées. M-Paya enregistre à son actif près 9 000 installations de compteurs au Kenya et envisage de s’implanter dans d'autres pays d'Afrique de l'Est.





Komaza

Pour assurer un approvisionnement durable en bois


Fondée en 2006 par Tevis Howard, la société Komaza cherche à réhabiliter les terres agricoles dégradées avec l’appui de 25 000 petits exploitants agricoles, en y plantant des arbres, dont le " Melia volkensii " et les " eucalyptus " . Une fois que les arbres aient atteint leur maturité, les grumes sont transformés en produits ligneux destinés à être commercialisés dans les grandes métropoles africaines. Komaza fournit également des produits intrants pour favoriser la croissance des arbres et cartographie la structure forestière à partir d’images satellitaires .


Les raisons d’y croire :

Avec le changement climatique qui nuit à la biodiversité, le reboisement est devenu un enjeu majeur pour l’Afrique. Les actions de Komaza , relatives à la plantation d’arbres, ont permis de stabiliser des sols érodés par les activités agricoles, les exploitations minières ou la salinisation. Domiciliée à Kifili, ville située sur la cote du Kenya, la société revendique avoir déjà planté environ 2 millions d’arbres.





Turaco

Pour digitaliser le secteur de l'assurance


Co-fondée par Ted Pantone et Peter Gross en Juillet 2018, la start-up Turaco a développé une plate-forme InsurTech ( AssurTech) qui propose des produits d’assurance à des tarifs low cost très concurrentiels, couvrant les frais & soins médicaux et autres accidents de la vie.


Les raisons d’y croire :

Les projets de micro-assurance — au sens traditionnel du terme — , dont certains entre eux sont soutenus par des subventions publiques, ne sont pas viables économiquement, notamment en Afrique de l’Est. Cela est d’autant plus vrai que les personnes pauvres, qui sont parmi les plus vulnérables, ne sont pas en mesure d’accumuler du capital, en raison de la faiblesse des revenus et des primes, du coût élevé fixé par les assureurs et de l'insuffisance des infrastructures. La start-up Turaco a su tirer profit de l’essor de nouvelles technologies digitales en se positionnant parmi les disrupteurs sur le marché de l’assurance dans cette région du monde et fait le pari de dématérialiser tout le processus d’acquisition des clients et de gestion des sinistres en optimisant les techniques de référencement web dans l'objectif de capter un maximum de prospects, ce qui lui permet donc de s’engager dans la construction d'un modèle économique beaucoup plus fiable.





Sendy

Pour effectuer le suivi de bout en bout des livraisons de produits


Co-fondée en avril 2014 par Evanson Biwott, Don Okoth, Malaika Judd et Meshack Alloys, la start-up Sendy offre la possibilité aux grandes entreprises, aux PME et aux particuliers de solliciter les services de propriétaires de voitures, de motos, de fourgonnettes et de camions pour optimiser leur logistique de bout en bout, de l'enlèvement du produit jusqu'à sa livraison, moyennant une commission.


Les raisons d’y croire :

La plateforme Sendy dispose de fonctionnalités puissantes qui allègent drastiquement les procédures opérationnelles et font gagner beaucoup de temps à ses clients en exécutant une série d'opérations à l'aide d'un seul clic.

Forte de 5000 véhicules à sa disposition, la startup kényane intervient pour de nombreux clients prestigieux tels que DHL, Unilever, Safaricom, Kenafric, Maersk, Multichoice, Mall for Africa, Bidco, Chandarana, Davis & Shirtliff, Highland, Good Life Pharmacy ou Toyota. En plus du Kenya, elle a élargit son champ d’action à la Tanzanie et à l’Ouganda.





UTU Technologies

Pour améliorer l'expérience client


Fondée en Février 2017 par Jason Eisen, la start-up blockchain & IA, UTU Technologies [ "UTU" signifie ‘Humanité’ en swahili, NDLR ] , utilise la puissance de l'intelligence artificielle et des algorithmes dédiés pour fournir un système de recommandation prédictif permettant de rechercher des informations sur des produits ou services à partir de méthodes de classement ou de clustering de données utilisateurs et de clients. Les résultats de recherche affichent une sélection personnalisée de contenus sur la base des meilleures recommandations avec une fiabilité maximale. A titre d’exemple, la jeune pousse kényane a été à l’origine de l’implémentation d’un moteur de recommandation au sein de ‘Maramoja’ , une application qui propose aux utilisateurs une liste de chauffeurs de taxi au Kenya qui ont été recommandés par leurs amis, proches et autres contacts.


Les raisons d’y croire :

Les relations entre les entreprises et leurs clients ont été profondément remodelées par les évolutions technologiques qui ne cessent de repousser les limites de ce que l’on croit possible. Un tel système de recommandation, mis en place par UTU Technologies, peut s’avérer d’une efficacité redoutable en matière de personnalisation d’offres commerciales et marketing et est en mesure de répondre parfaitement aux requêtes des utilisateurs, à condition de ce dernier propose de nombreuses références et avis de clients. À travers son innovation, la start-up kényane espère pouvoir donner l'occasion à ses utilisateurs d’assurer une plus grande visibilité de leurs produits, susciter un réel intérêt chez les prospects, optimiser les parcours clients et booster leurs ventes.







Sur la même thématique :


Start-up africaines : Top 20 des pépites innovantes les plus prometteuses


Quelles solutions apportent les start-up dans les écosystèmes Tech d'Afrique

Top 8 des start-up innovantes à suivre (de près) au Maroc

Top 10 des start-up ivoiriennes à suivre (de près) en 2019

Par Harley McKenson-Kenguéléwa



Tags :

faire du business en Afrique ; investir Afrique ; implanter son entreprise en Afrique ; entreprendre en Afrique ; entrepreneuriat en Afrique ; journal des startups en Afrique , journal des entrepreneurs en Afrique ; économie marocaine , financement Afrique , convaincre investisseur Afrique, levée de fonds Afrique , Afrique innovation ; Afrique numérique ; créer son entreprise en Afrique


© CEO Afrique 2020 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page