• Harley McKenson-Kenguéléwa

Géraldine Vovor fait le business de l’évènementiel sur la Culture Africaine

Mis à jour : mai 17


Géraldine Vovor ambitionne de porter à la connaissance du public l’immense richesse culturelle que regorge le continent africain par le biais d’événements festifs.

(Source : Forbes Afrique)

Géraldine Vovor fait le business de l’évènementiel sur la Culture Africaine

Avec ses deux passeports ivoirien et togolais, ainsi que ses nombreux séjours à l’international, Géraldine Vovor est le symbole même de l’Afrique qui bouge et qui joue désormais sa partition dans la mondialisation.


Article connexe : Les 12 passeports les plus puissants d'Afrique


Né en 1986 à Cocody, une commune cossue du centre d’Abidjan, d’un père anciennement hommes d’affaires reconverti dans le pastorat et d’une mère ivoiro-libanaise travaillant dans le journalisme, elle rêve d’avoir différents avenirs professionnels, comme la plupart des enfants et adolescents, parmi lesquelles des professions n’ayant aucune synergie entre elles telles que vendeuse, médecin et surtout hôtesse de l’air. D’ailleurs, les obligations professionnelles de son père l’amènent à voyager et effectuer sa scolarité dans plusieurs pays : Cameroun, Burkina Faso, France, Togo …etc. ce qui la conforte dans son choix de suivre cette voie, d’autant plus qu’une de ses tantes exerce elle-même le métier de personnel navigant au sein d’une compagnie aérienne et son oncle travaille comme pilote de ligne. Toutefois, elle retourne à Abidjan, auprès de ma mère, où elle obtient un Baccalauréat Littéraire en 2003 au Lycée " Notre Dame de la paix du Plateau " .

Véritable globetrotteuse, toujours avide de connaissances, d’expériences et de nouvelles aventures, cette passionnée de course de fond et de boxe continue à parcourir le monde : Perfectionnement de l’anglais à la prestigieuse Université du Witwatersrand à Johannesburg, stagiaire au sein de l’agence de publicité Draft FCB à Dakar… quelques années plus tard, elle pose à nouveau ses valises en France pour y suivre un cursus universitaire dans le domaine de la communication. Il en résulte une mixité culturelle qui lui donne l’occasion de maitriser aussi bien l’anglais et l’allemand que le français, parle aussi l’éwé, l’une des deux langues nationales au Togo.

Titulaire d’un Master en Communication Politique et Publique en 2011 et d’un Master en Sociologie des Entreprises & de l’Innovation spécialisation Management des Compétences en 2012, elle doit se frotter aux réalités de l’entreprise avant de monter sa propre affaire. En tant que salarié, elle effectue l’essentiel de carrière à la SNCF, le groupe français spécialisé dans les domaines du transport de voyageurs, où elle seconde le chef de projets Communication, puis accède plus tard à ce même poste de plein droit, dans le but d’assurer les campagnes publicitaires. Même si elle en garde un très bon souvenir, cette expérience lui permet de cerner un besoin de travailler dans des entités beaucoup plus petites dotées d’un management plus souple.

« J’ai apprécié travailler dans des petites structures qui encourageaient la prise d’initiative et une ouverture d’esprit » constate-t-elle.