• Harley McKenson-Kenguéléwa

Investir en Côte d’Ivoire : un pays dans les starting-blocks de l’émergence

Mis à jour : mai 16


L’heure est à l’optimisme en Terre d'Éburnie : la Côte d’Ivoire ambitionne de renouer avec la vitalité et les autorités multiplient les mesures à l’investissement étranger. En ligne de mire, un objectif clairement affiché : Faire de cet État d’Afrique de l’Ouest l’un des principaux hubs d’affaires de tout le continent.

Dans le cadre d’un webinaire organisé par le Comité d'Échanges Afrique-France (CEAF), intitulé " Côte d'Ivoire : Point sur la situation et les perspectives " et modéré par Zoubir Rabia qui s’est tenu le 10 Novembre, les intervenants Jean-Cesar Lammert (Directeur Pays pour la Région Afrique de l'Ouest, Business France), François Sporrer (Chef du Service économique régional Afrique de l'Ouest, Direction générale du Trésor) et Me Julie Claude (Avocat associé, Fidal), ont l'essentiel des informations économiques, juridiques et fiscales de ce pays, de telle sorte à ce que les investisseurs potentiels puissent suivre l'évolution du cadre des affaires, amendé dans le sens d'une plus grande libéralisation au cours des dernières années.

Le webzine CEO Afrique, qui a visionné cette e-conférence, en a profité pour relever les points forts de l’attractivité ivoirienne et rappelle les marges de progression à atteindre pour faire du pays une destination d’affaires d'excellence.




« [ .... ] La Côte d’Ivoire est le pays le plus dynamique de la zone, probablement de toute l’Afrique [ ... ]. Beaucoup d’entreprises françaises s’y sont implantées avec leur a priori. Nous étions surpris de voir comment elles y étaient bien accueillies [ ... ]. Le cadre des affaires, en dépit de quelques points à améliorer, est vraiment fait pour accueillir les firmes étrangères ! » .


Ces paroles très éclairantes, stimulantes et revigorantes , prononcées par le chef du service économique régional Afrique de l'Ouest (hors Ghana et Nigéria) à la Direction générale du Trésor français , François Sporrer, témoignent à elles seules du regain d’optimisme dont font preuve les milieux d’affaires internationaux et l’on peut être amené à considérer que la résilience de l'économie ivoirienne aux chocs externes, compte tenu de la crise de la pandémie de Covid 19, va permettre au pays de retrouver rapidement un formidable dynamisme et maintenir de bonnes perspectives de croissance.


Malgré sa dimension démographique modeste (25,5 millions d’habitants) par rapport à des pays comme l’Égypte (101,2 millions d’habitants), l’Afrique du Sud (58,1 millions) ou le Kenya ( 52,2 millions), la Côte d’Ivoire a une position géographique idéale en Afrique de l’Ouest, un profil économique diversifié, peu dépendant d'exportations d’hydrocarbures, avec une montée en puissance d’une classe moyenne ambitieuse, un fort potentiel de croissance, soit un taux de 7,2% en 2019 et des prévisions du Fonds monétaire international (FMI) qui s'établissent à 6,5 % en 2021. À noter également que les chefs d’entreprise africains plébiscitent largement la Côte d’Ivoire, devant le Kenya, le Ghana, le Sénégal et le Rwanda, selon le dernier Africa CEO’s Survey, une enquête menée conjointement par Africa CEO Forum et le cabinet-conseil Deloitte qui donne un aperçu de la volonté d'investissement de ces dirigeants du secteur privé dans quelques pays du continent.


« Sur les dix dernières années, la croissance ivoirienne a tourné autour de 7 et 8% par an. L’impact du coronavirus a été plutôt modeste. La crise sanitaire est désormais presque dernière nous en Côte d’Ivoire [ ... ] D’après le FMI, la Côte d’Ivoire ne fera que 1,8% de croissance, au lieu 6,7 % à la fin de l’année 2020. Mais cela reste une performance exceptionnelle. Il faut savoir qu’aujourd’hui, la Côte d’Ivoire a le PIB par habitant le plus élevé en Afrique de l’Ouest, devant le Ghana et le Nigeria » poursuit François Sporrer.


La Côte d’Ivoire, plateforme stratégique dans la conquête des marchés africains


La croissance de certains États comme le Ghana ou le Sénégal fait rêver. Si une entreprise est solidement implantée en Côte d’Ivoire, elle peut par la suite envisager de se développer sur tout le continent africain. Le pays, de par sa position géographique et son dynamisme économique, est donc une excellente base de départ pour les sociétés internationales qui ont pour objectif de prospérer sur l’ensemble de cette zone géographique et leur offre une opportunité d’accéder à un marché de plus de 320 millions de personnes en libre circulation dans la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dont fait partie le Nigeria, incontournable géant de l'Afrique.


« Plusieurs entreprises françaises ont ouvert des filiales à Abidjan pour travailler non seulement sur le marché ivoirien, mais aussi dans les pays voisins comme le Burkina Faso ou le Mali. Ce choix s’explique par le fait qu’ il est plus facile qu’ailleurs de créer sa société [ ... ] » observe François Sporrer.