• Harley McKenson-Kenguéléwa

Le Cameroun, un lion qui peut rugir davantage dans l’arène de l’attractivité africaine

Mis à jour : mai 17


Les raisons amenant les entreprises à choisir d'investir au Cameroun ne manquent pas. Toutefois, plusieurs leviers d’amélioration du climat des affaires doivent être activés pour faire la différence dans les performances du pays.

Lors d’une e-conférence intitulée " Cameroun : Enjeux, perspectives et opportunités d'affaires ", datée du 8 Octobre 2020 et animée par Zoubir Rabia (chef de projets internationaux, Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris Île-de-France), un panel d’experts, dont ont fait partie Magali Pialat, (directrice du Bureau de l'agence "Business France" au Cameroun) et Thibaud de Lardemelle (directeur Régional de l'entreprise de transport maritime CMA CGM), a proposé un état des lieux de l’environnement des affaires. Dans la même lignée, un autre webinaire organisé par le réseau AfricaLink le 21 Décembre 2020, auquel ont participé entre autres Jules Ekodo ( économiste / Chef du Service des Etudes Économiques, CCIMA), Landry R. Noutchang (directeur de la promotion et de la coopération, CCIMA) et Denis Bergé ( modérateur, Délégué général d'Africalink), a aussi analysé les forces et les faiblesses de cette destination business.

Le webzine CEO Afrique, qui a visionné ces deux événements totalement distincts mais complémentaires, a été en mesure d’en tirer les extraits les plus significatifs de leurs interventions.




Lorsque l'on évoque l’Afrique subsaharienne, observateurs, analystes et experts tendent à accorder le plus souvent leur attention à des pays comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Ghana, le Kenya ou, compte tenu de son développement récent, le Rwanda, des acteurs économiques qui sont à juste titre reconnus à l’échelle continentale. Il serait toutefois futile de scruter cette région du monde sans porter le regard un peu plus au centre, au pays des lions indomptables, une métaphore animale décrivant depuis toujours le Cameroun. Un sujet qui ne peut pas donc être traité avec le genre d'indifférence frivole. En effet, les taux de croissance de cet État ont connu une petite tendance haussière pour ensuite ralentir au cours des dernières années.


« En 2019, l’économie camerounaise affiche tout de même un taux de croissance de 3,7% . C’est un peu moins qu’en 2018 où ce taux avait atteint 4,1% . Mais le Cameroun tente de progresser, malgré tous les chocs subis » , affirme Jules Ekodo, économiste et chef du Service des Etudes Économiques à la CCIMA (Chambre de Commerce, d'Industrie, des Mines et de l'Artisanat du Cameroun).


Pour sa part, Magali Pialat, Directrice de la branche de l’agence Business France pour l'Afrique Centrale, souligne la solidité des fondamentaux économiques :


« Au niveau macroéconomique, l’inflation reste maîtrisée. Le secteur bancaire et les capacités d’endettement des finances publiques sont globalement sains. Les bailleurs soutiennent encore le pays et permettent de financer différents projets notamment dans les infrastructures [ ... ] ».


Loin d'être enchanté, le Cameroun ambitionne d’exploser sur la scène économique africaine, alors que son gouvernement s’est fixé d'ambitieux objectifs, à travers la SND30 (Stratégie Nationale de Développement 2020 – 2030), pour les années à venir. C’est toutefois un long chemin de croix qui attend l’économie camerounaise, pandémie de Covid-19 oblige, avec la volonté de réhabiliter la fabrique entrepreneuriale et sociale .


« [ ... ] Dans toute crise, il y a des opportunités. Les PME ont été plus fortement impactées que les grands groupes. Il existe des opportunités d’acquisition d'entreprises locales opérant dans certains secteurs d’activité, avec la nécessité de réorganiser les chaînes de valeur [ ... ] » constate Magali Pialat.