• Harley McKenson-Kenguéléwa

Concours pour entrepreneurs : une stratégie gagnante pour booster sa start-up ?

Mis à jour : mai 16


Est-il judicieux de postuler à un concours quand on est porteur d’un projet ambitieux et en quête de financements ? D’anciens lauréats témoignent.

(Source : Forbes Afrique)
Concours pour entrepreneurs : une stratégie gagnante pour booster sa start-up ?

Phénomène récent, les événements autour de l’entrepreneuriat sont de plus en plus fréquents sur le continent : concours à la création d’entreprise en phase de pré-démarrage, prix de la meilleure start-up de l’année, trophée de la jeune pousse innovante… Certains y voient un véritable accélérateur de croissance. D’autres, beaucoup plus sceptiques, considèrent ces évènements comme un moyen peu honorable pour les organisateurs de promouvoir leur propre structure au détriment des candidats. Alors, mirages ou opportunités ? La plupart des observateurs interrogés s’accordent en tous les cas à dire que ces compétitions apportent une solution alternative aux banques, jugées trop frileuses pour accorder des crédits. Surtout lorsque les projets requièrent des investissements lourds, rentabilisables uniquement sur le long terme.

Tremplin

Sanoussi Diakité, chercheur sénégalais en agroalimentaire et lauréat de l’édition 2013 du Prix de l'innovation pour l'Afrique (PIA), explique ainsi que « son prix lui a permis de conduire les tests et l'adaptation d'une technologie sur le fauchage mécanique du fonio ». Dotée d’une somme totale de 150.000 dollars, la « Rolls Royce » des compétitions africaines suscite chaque année un intérêt grandissant auprès des porteurs de projet à la recherche de financement partout sur le continent. Même son de cloche chez Mariane Megne, fondatrice de NewFrame, une société qui conçoit des applications mobiles. Cette ingénieure camerounaise est issue de la première promotion du programme TEEP (Tony Elumelu Entrepreneurship Program), établi en 2015 grâce à l’initiative du milliardaire nigérian du même nom. « Au terme d’un Bootcamp au Nigeria, j’ai bénéficié d’un appui financier de 5,000 $, qui m’a servi de capital d'amorçage pour démarrer mon entreprise », se souvient-elle.

Lire aussi :​ le financement du numérique, au coeur des préoccupations de l'Afrique

Quant à Mohamed Lamine Bakayoko, qui a remporté 10 millions de francs CFA (15200 euros) lors de l’édition 2015 de CGECI-Academy en Côte d’Ivoire, il souligne la place centrale des concours dans l’écosystème entrepreneurial.

« Les prix décernés constituent de véritables airbags pour nous PME, dont les trésoreries sont toujours très limitées », rappelle ainsi ce dirigeant d’une PME spécialisée dans la torréfaction du café.


Son compatriote, Richard Seshie, gagnant du Prix Orange de l'Entrepreneur Social en Afrique de l’Année 2012, a pu réaliser avec sa dotation financière de 25000 euros une étude de marché grandeur nature pour sa société Vivus Limited.