• Harley McKenson-Kenguéléwa

Levée de fonds en Afrique : Quelle stratégie gagnante pour attirer et convaincre des investisseurs ?

Mis à jour : juil. 4


Cash flow, retour sur investissement, rentabilité ... C’est le seul langage que comprennent les investisseurs en quête de nouvelles opportunités d'affaires. Trouver des financements ne s’improvise pas et le défi pour un entrepreneur est de taille : prouver à ses interlocuteurs qu’il maîtrise parfaitement son projet de développement de sa société sous tous ses aspects.

"Capital-risque et private equity en Afrique" : Tel a été le thème du webinaire organisé le 14 Juin dernier par HEC Paris, dans le cadre du programme "Challenge + Afrique", auquel ont participé Redda Ben Geloune (Fondateur & PDG de AITEK), Bernado Bruzzone (Regional Editor - Africa, Oxford Business Group), Nelly Chatue-Diop (co-fondateur & CEO d’EJARA) et Alexis John Ahyee (directeur d'HEC Paris pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale) ; modéré par Etienne Krieger (Professeur Affilié à HEC Paris).

Le webzine CEO Afrique, qui a visionné cette e-conférence, a analysé comment mettre de potentiels investisseurs dans sa poche, sur la base des conseils prodigués par les intervenants.




Quel que soit le stade de maturité d’une entreprise (création, lancement, développement, expansion etc ... ), la question du financement revient constamment et exige une connaissance approfondie concernant les méthodes de recherche de capitaux externes.

C’est ce qu'a tenté de démontrer un panel d’experts et de spécialistes de l’entrepreneuriat, au cours d’une webconférence portant sur le capital-risque et le private equity en Afrique, organisée par HEC Paris.


« Dans les écosystèmes start-up d’Afrique, l’accompagnement des entrepreneurs demeure le parent pauvre. Ce ne sont pas les idées qui manquent . Ce qu’il faut avant tout, c’est offrir à ces entrepreneurs la possibilité de mieux se structurer » observe Alexis John Ahyee, directeur d'HEC Paris pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale.


Pour maximiser ses chances de capter l’attention des investisseurs, il y a tout d'abord lieu de scruter à la loupe et d’identifier les tendances sectorielles du capital-risque en Afrique. Ainsi, un récent rapport du cabinet d'intelligence économique "Oxford Business Group" (OBG) a permis de repérer quelques trajectoires d’investissement phares, notamment vers l’agriculture, la technologie, la santé, les énergies renouvelables et les infrastructures


« Il convient aux entrepreneurs africains de bien répondre aux défis du continent, parmi lesquels les problèmes de logistique, de transport, du commerce électronique, de l’accès aux soins de santé et à l’éducation. Il leur appartient de savoir les transformer en opportunités » recommande Bernado Bruzzone, éditeur régional pour l’Afrique, au sein du cabinet d'intelligence économique Oxford Business Group (OBG).