Côte d’Ivoire : Sciences Po Executive Education, au service du Plan Ém
Rechercher
  • Harley McKenson-Kenguéléwa

Côte d’Ivoire : Sciences Po Executive Education, au service du Plan Émergence 2020

Mis à jour : juil. 27


Ce Vendredi 22 Mars 2019 à Abidjan, Sciences Po Executive Education et la direction du Programme " Cadres Dirigeants Côte d’Ivoire Émergente " ont inauguré à l’auditorium de la Primature le certificat " Mise en oeuvre de réformes " dédié à la haute fonction publique, visant à accélérer le rythme de la croissance économique et réduire les inégalités sociales.

Mettre en œuvre des profondes réformes structurelles et institutionnelles destinées à drainer des volumes importants d’investissements privés et publiques, diversifier l’économie, instaurer un écosystème entrepreneurial et numérique performant, créer des emplois durables et de qualité, redistribuer équitablement les richesses etc... : tels sont les objectifs des actions soit en cours de concrétisation ou déjà mises en œuvre au cours des périodes 2012-2015 et 2016-2020, dans une feuille de route ambitieuse baptisée " Plan National de développement " (PND) vers laquelle les autorités ivoiriennes veulent tendre pour rejoindre le club très fermé des pays émergents, aux côtés des BRICS [ Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, NDLR], la Turquie, la Thaïlande, le Vietnam, l’Indonésie, la Colombie ou le Chili.

Objectif de la formation : accompagner les hauts fonctionnaires publics ivoiriens dans le perfectionnement de leurs compétences.

C’est dans cette optique que l'établissement d'enseignement supérieur " Science Po Excécutive Education ", fort de ses 45 années d’expérience, s’est engagé

auprès de la direction du programme " Cadres Dirigeants Côte d’Ivoire Émergente " pour créer le certificat " Mise en œuvre des réformes " à destination des cadres de la haute fonction publique ivoirienne.

L'exposé des motifs et le communiqué de presse y afférent précisent que « ce programme de formation de 24 jours, déployé sur 5 mois, sera dispensé à Abidjan. Les participants, au nombre de 32, et issus des plus hauts rangs de la fonction publique ivoirienne bénéficieront des méthodes, outils pédagogiques et intervenants de Science Po leur permettant de mieux appréhender la complexité des enjeux de politiques publiques et particulièrement ceux en rapport avec les réformes prioritaires du programme " Émergence " de la Côte d’Ivoire ».

« [ ... ] Objectif de la formation : accompagner les hauts fonctionnaires publics ivoiriens dans le perfectionnement de leurs compétences » s'est réjouie l'école Sciences Po Executive Education sur sa page Facebook.

Lors de la cérémonie de lancement de ce programme qui s'est tenue le 22 Mars 2019 au sein de l’auditorium de la Primature à Abidjan , Nicole Bryant, directrice générale de l'établissement, a précisé pour sa part que les candidats retenus suivront des cours couvrant des thématiques diverses en lien avec les enjeux et défis que la Côte d'Ivoire doit relever : évaluation des politiques publiques,

développement urbain, transformation économique, décentralisation & développement territorial, intégration régionale, etc...

Au cours d’une conférence ayant eu pour thème " Intelligence Stratégique et Économique pour l’Émergence et la Construction d'un État Stratège ", Koffi Ahoutou Emmanuel, directeur de Cabinet du Premier Ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, a mis en exergue le fait que « l'atteinte de l'émergence ne sera possible que si l'Etat met ses moyens à la disposition du capital humain » (Source : AIP : Agence Ivoirienne de Presse).

Cette formation diplômante vise donc à mettre en valeur des talents qui épauleront le gouvernement ivoirien dans ses efforts afin accélérer le rythme des réformes structurelles et faire hisser cette nation d'Afrique de l'Ouest au statut de pays émergent.

Lire aussi : Comment industrialiser l'afrique ?

Interrogée dans les colonnes de CEO Afrique, Carine Rochard, Digital Manager en Management de Transition, ayant déjà vécu à Abidjan et s’étant engagée dans des projets comportant une dimension institutionnelle en Namibie, nous donne son sentiment sur cette formation certifiante et sur les ambitions affichées de la Côte d’Ivoire :

« Tous les objectifs sont réalisables pour peu qu’il y ait une cohésion des acteurs et un état d’esprit positif de toute part : penser enfin différemment en capitalisant sur les initiatives positives du plus grand nombre [ ... ]. Lors de la Conférence Internationale sur l’Émergence de l'Afrique en 2017, Luc Grégoire, économiste et directeur pays du PNUD en Côte d'Ivoire, avait évoqué un aspect fondamental : l'accompagnement et la mobilisation des communautés et des réseaux sociaux : valorisation des meilleures pratiques, observateurs critiques, confrontation des idées, plateformes interactives d’échanges, expression des communautés, grands défis, enjeux de la coopération internationale [ ... ] ».

La Côte d'Ivoire, considérée comme un "marché frontière" ou "pré-émergent"

Les organismes internationaux félicitent régulièrement les performances économiques du pays. Selon le rapport de la Banque mondiale, la Côte d’Ivoire a enregistré un taux de croissance de 7,4 % en 2018, un chiffre à faire pâlir d'envie les pays industrialisés. Par ailleurs, le rapport Doing Business établi par cette même institution la hisse dans le top 10 des pays les plus réformateurs au monde. Une amélioration du climat des affaires qui a permis de drainer massivement des investissements directs étrangers, soit 675 millions de dollars d’IDE en 2017, une hausse de 17% par rapport à l’année précédente. Société Générale, Carrefour, FNAC, Décathlon, Go Sport etc ... : Les multinationales se bousculent au portillon de ce pays qui a renoué avec son prestige d’autan. Un mouvement bientôt suivi par des incubateurs, des accélérateurs et des espaces de co-working étrangers — MEST, Impact Hub, Adei Institute of Technology, Orange Corners — témoignant ainsi de la qualité et la diversité des projets d’entreprises innovantes.

Article connexe : Startups : incubateurs qui font bouger l'Afrique

Toutefois, les marges de progression sont réelles, notamment en matière de création d'emplois et d'égalité sociale, d'autant plus que la Côte d'Ivoire est classée 171ème sur les 189 pays retenus dans le dernier rapport concernant l'’indice de développement humain (IDH). Un tableau sombre des conditions sociales reconnu par les autorités.

C'est ce qui a sans doute amené la primature de Côte d'Ivoire à vouloir mettre les bouchées doubles et à accélérer les réformes dans cette quête de l'émergence. Les autorités misent entre autres sur la richesse du contenu pédagogique de Science Po Excécutive Education pour faire des candidats bénéficiaires du pogramme de formation relatif au certificat " Mise en œuvre des réformes " des véritables acteurs de la transformation de l'action publique.

« L'appropriation des méthodes et techniques de la fonction publique est indispensable pour l'exercice du métier, afin de répondre à l'ambition du gouvernement et à la nécessaire accélération des réformes. Mais ce n'est certainement pas suffisant [ ... ], nuance la consultante Carine Rochard à qui nous avons demandé d'apporter un éclairage externe quant au bien-fondé du programme " Cadres dirigeants Côte d’Ivoire Émergente". Il me semble qu'il ne faille pas reproduire à l'identique ce qui pêche aujourd'hui en France : le décalage entre les institutions et le ressenti sur le terrain de leurs actions. De la méthode et des techniques, oui; de l'exécution sans intelligence, non. Il est fondamental de mettre en évidence les atouts de l'Afrique : l'intelligence intuitive, les initiatives des femmes, des jeunes startupers, l'innovation frugale, le bon sens pour être très concret et "s'en sortir". Il faut éviter également les excès des prises de pouvoirs dans une gouvernance hiérarchique, mais privilégier plutôt, comme certaines entreprises l'ont mis en oeuvre, une gouvernance collaborative, avec des interactions pour une vision et une ambition commune » poursuit-elle.

Lancement du Programme " Cadres dirigeants Côte d’Ivoire émergente" au sein de l'auditorium de la primature le 22 mars 2019 à Abidjan, Côte d'Ivoire. Crédits : ©Africa Observer

Sur la même thématique :

Ces projets d'infrastructure qui vont profondément transformer l'Afrique

Investir à Cuba, nouvel eldorado ou grande illusion pour les PME ?

Le Rwanda Development Board, institution clé de l’attractivité rwandaise

Abidjan, Tunis et Nairobi : 3 destinations d’affaires mises à l’honneur

Entreprendre en Afrique : Les villes où prospèrent les multimillionnaires

Que valent les agences africaines pour la promotion des investissements ?

Le Maroc, champion africain pour les investissements directs étrangers

Voyage d'affaires à Abidjan : les endroits incontournables

Par Harley McKenson-Kenguéléwa

Tags :

actualité économique et financière , actu business Afrique , investir en Afrique , entrepreneurs afrique , financement Afrique , levée de fonds Afrique ; technologie africaine ; numérique Afrique ; créer entreprise ; convaincre investisseur ; startup africaine ; implanter son entreprise en Afrique ; entreprendre en Afrique ; entrepreneuriat en Afrique ;


© CEO Afrique 2020 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page