• Harley McKenson-Kenguéléwa

Kissoro Tribal Game, le jeu vidéo qui pourrait inspirer les dirigeants d’entreprise

Mis à jour : mai 17

Le Kissoro Tribal Game pourrait offrir de nouveaux horizons professionnels aux apprentis managers qui font face à des situations complexes, notamment en matière de management et stratégie d’entreprise.

Kissoro Tribal Game, le jeu vidéo qui pourrait inspirer les dirigeants d’entreprise

Il existe une dimension managériale et stratégique dans les règles de cette application interactive. Tout comme le dirigeant d’entreprise qui s’évertue à scruter les forces et les faiblesses de ses concurrents, le joueur de Kissoro Tribal Game évalue les risques et développe des alternatives face à ses adversaires. Derrière ce nom, se cache un jeu traditionnel centrafricain qui existe depuis des siècles sur le continent sous différentes variantes et qui séduit, actuellement sous format numérique, des milliers d’adeptes dans le monde.

« Aujourd’hui, nous en sommes à plus 13 000 utilisateurs dans le monde, dont 50% en France et 30% en Afrique. Il y a aussi des adeptes en Russie, au Canada et en Chine » se réjouit Teddy Kossoko, son concepteur.


Lire aussi : À la croisée des chemins, l'industrie du jeu vidéo en Afrique cherche sa voie


Les règles du Kissoro Tribal Game sont plus simples qu'elles n'y paraissent. Les joueurs disposent en début de partie du même nombre de pions, soit 32 pièces chacun, et le terrain de jeu est constitué d’un plateau virtuel disposé en quatre rangs de 8, réparti deux à deux en aires de parcours. Durant la confrontation en ligne, l’un des gamers fait cheminer au minimum 2 pions dans le sens anti-horaire , tout en récupérant au fil de son parcours les pions d’une autre cavité et en les distribuant dans chacun des creux suivants . Afin de s’emparer d’un maximum de pièces, il faudrait que le trou artificiel dans lequel le joueur dépose son dernier pion soit vide et positionné dans la première rangée. Chaque prise de pions entraîne la perte d’une pièce pour l’adversaire et la victoire appartient à celui qui fragilise le joueur adversaire au point de ne plus poséder de pions. Le Kissoro est souvent comparé au jeu d’échecs.



Certes, leurs finalités sont fondamentalement différentes : l’objectif du jeu d’échecs est " d’éliminer " le roi. À contrario, le but du Kissoro est de " capturer " un maximum de pions — qui sont d’ailleurs dépourvus de toute structure hiérarchique — . Pourtant, ces deux jeux de plateau ont une chose qui les relie : gagner des batailles, ce qui nécessite pour le joueur d’élaborer au préalable une stratégie solide afin atteindre ses objectifs.

Savoir prendre du recul