Nice, capitale estivale de l’Art Contemporain Béninois

© CEO Afrique 2020 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page
  • Harley McKenson-Kenguéléwa

Nice, capitale estivale de l’Art Contemporain Béninois


(Source : Forbes Afrique) Située à Nice, la Villa Arson accueille du 4 Juin au 17 Septembre l’exposition « Stop Ma Pa Ta », une manifestation culturelle dédiée aux œuvres d’art du Bénin.
©Loïc Thebaud

A Nice, les visiteurs auront le loisir de découvrir une multiplicité de formes d’expression réalisées par 14 artistes béninois, sous le thème de l’environnement, de l’urbanisme, des dérives de la surconsommation ou de la culture Vodun. Ces œuvres d’art sont magnifiées au sein de la Villa Arson, bâtie sur un lieu chargé d’histoire, riche par son patrimoine architectural et culturel aux influences italiennes du courant du XIXème, et redynamisé au début des années 60 sous l’impulsion d’André Malraux, ministre chargé des Affaires culturelles sous la présidence du général de Gaulle.

Parmi les jeunes talents béninois, Julien Vignikin nous fait partager son œuvre nommée le « Dîner des fantômes ». Pour réaliser sa création, il a eu la particularité de planter des clous dans une chaise et sur la quasi-totalité de la surface d’une table sur laquelle sont disposés une assiette et un verre vide, une image représentative d’une sous-alimentation chronique. Par

Le « Dîner des Fantômes » ; de Julien Vignikin. ©Justine Bosquier

cette représentation artistique susceptible de frapper les esprits des personnes les plus indifférentes aux causes sociales, ce diplômé de l’école des Beaux-Arts de Dijon souhaite dénoncer l’existence de la faim dans une grande partie de l’Afrique, et d’autre part la surconsommation et le gaspillage de la nourriture en Occident, ce qui a pour effet un accès inégal de l’alimentation entre le Nord et le Sud. « Il existe une surabondance alimentaire au Nord et une famine ou une carence nutritionnelle au Sud, constate-t-il. La nourriture devrait être accessible à tout le monde ».

Edwige Aplogan incorpore dans sa démarche artistique un discours politique porté par un état d'esprit très activiste : Son œuvre « Bienvenue en Afrique-France » recouvre la façade et les murs intérieurs de la Villa Arson de drapeaux africains, symboles de l’indépendance politique, et revêt parallèlement les sols de billets de Franc CFA, la monnaie de 15 pays africains arrimée à l’Euro. Cette ancienne avocate prend en considération les aspirations extrêmement fortes des peuples africains estimant que le franc CFA constitue un frein au

« La vie en filigrane. Où voulons nous aller » d’Edwige Aplogan. ©Loïc Thebaud

développement économique des Etats ayant adopté cette monnaie, et que la France, en tant qu’ancienne puissance coloniale, a une grande part de responsabilité dans la marginalisation des pays francophones de l’Afrique subsaharienne dans le commerce international depuis la date de leur indépendance.

« J’ai puisé mon inspiration créative dans l’une des actualités brulantes du moment en Afrique », confie t-elle.

Lire la suite sur le site de Forbes Afrique : https://www.forbesafrique.com/Nice-capitale-estivale-de-l-Art-Contemporain-Beninois_a8047.html


8 views

4 , 5 et 6 Juin - Bordeaux, France