• Harley McKenson-Kenguéléwa

Investir en bourse : les 6 règles d'or

Mis à jour : mars 16

Les performances de certaines Bourses africaines n’ont rien à envier à celles de leurs homologues occidentales, ce qui constitue une formidable opportunité pour les investisseurs, à condition de respecter quelques principes de base.

(Source : Forbes Afrique )
crédits : AFP

Aujourd’hui, les banques et les sociétés d’investissement donnent l’opportunité aux particuliers de faire fortune sur vingt-neuf places financières en Afrique. Toutefois, il ne s’agit nullement d’un jeu de casino. Acheter des actions requiert au préalable de la méthode, de la patience, de l’endurance, une réactivité et un mental d’acier. Voici 6 conseils qui vous aideront à bien débuter en Bourse.
1. Diversifiez votre portefeuille en actions
Selon l’adage boursier, il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. Il est généralement conseillé de bâtir un portefeuille composé de 8 à 10 lignes d’actions pour se protéger du risque de fluctuation du cours des titres. De ce point de vue, il est difficile pour un particulier d’appliquer ce principe de précaution en Afrique centrale, une sous-région dans laquelle la Douala Stock Exchange (DSX) n’abrite que trois sociétés cotées, tandis que la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), basée à Libreville au Gabon, n’enregistre qu’une entreprise dans son compartiment Action.

Article connexe : Voyage d'affaires à Douala : Guide pratique | Cameroun

« DSX est une coquille vide ! Personnellement, je lorgne plus du côté de Lagos », affirme Zachée Lapée, un entrepreneur camerounais qui s’est lancé dans la production d’huile alimentaire et d’engrais biologique, et envisage d’investir en Bourse.
« À l'exception de la Bourse des Valeurs de Johannesburg (JSE), les places boursières africaines sont étroites, illiquides et onéreuses — fruit d’une période antérieure au cours de laquelle les privatisations d'entreprises publiques étaient perçues comme la clé du développement économique de l'Afrique » .

« Résultat : 95% des sociétés cotées à la Bourse des valeurs mobilières de l'Ouganda (USE) sont des cessions d’actifs publics. Les autres bourses sont dominées par de grandes entreprises comme le groupe Dangote, qui représente un tiers du marché nigérian » .