L’image de la France s’améliore légèrement aux yeux des leaders d’opinion africains

Dernière mise à jour : 27 juil.


Le baromètre Africaleads 2022, dont l'étude a été menée dans 14 pays d’Afrique pour l’institut IMMAR, révèle que le pourcentage d'opinions favorables sur la perception de la France a légèrement augmenté. Une part non négligeable des leaders d’opinion africains disent également porter un jugement positif sur les États-Unis, le Canada, l’Allemagne, la Chine et le Royaume Uni.

Des experts, consultants, diplomates et chefs d’entreprise en ont profité pour apporter leur éclairage sur cette question, conformément au fil conducteur du forum intitulé "Afrique - France : un partenariat à réinventer". Le webzine CEO Afrique, qui a visionné cette e-conférence, décrypte l’évolution des relations entre l’Afrique et le reste du monde, à travers le prisme de l’image véhiculée par les pays étrangers et l’impact économique de ces derniers sur le continent, en s'appuyant sur les interventions des participants.



Après s'être dégradée pendant trois années consécutives, l'image de la France sur le continent africain a commencé à s'améliorer, selon le baromètre Africaleads 2022 des leaders d'opinion en Afrique, dévoilé à l’occasion de la webconférence intitulée "Afrique - France : un partenariat à réinventer", qui s’est tenue en ligne le 10 Mars dernier, en collaboration avec le CIAN (Conseil Français des Investisseurs en Afrique) et le quotidien "L'Opinion".


Cette enquête, réalisée pour cette quatrième édition par l'Institut Immar Research & Consultancy — spécialiste des études médias et marketing en Afrique subsaharienne et en Afrique du Nord — a été menée auprès d’un éventail de 2895 personnes réparties sur quatre pays d’Afrique du Nord (Algérie, Égypte, Maroc, Tunisie), quatre nations ouest-africaines (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Nigeria, Sénégal), deux États d’Afrique centrale (Cameroun, République Démocratique du Congo), deux pays d’Afrique de l’Est (Éthiopie, Kenya) et deux nations d’Afrique australe ( Afrique du Sud, Angola).


« Cette année, nous avons couvert 14 pays qui représentent environ 70% de la population africaine. Nous avons interrogé 2895 leaders d'opinion répartis équitablement dans chacun de ces États. Il ne s'agit pas seulement de leaders économiques. Il y a également des leaders de la société civile, des décideurs politiques, des leaders religieux, des artistes et des grands sportifs » explique Mohamed El Kalchi, directeur des études à l’institut IMMAR R & C.


18% des leaders d’opinion africains indiquent désormais avoir une bonne image de la France, soit une légère hausse d’1 point par rapport à l’année précédente.


En dépit de cette amélioration concernant l’image de l’Hexagone, les opinions négatives demeurent majoritaires, bien qu'en baisse par rapport à l'année précédente. Pour Sylvain Itté, ambassadeur et envoyé spécial pour la diplomatie publique en Afrique, les idéaux, les espoirs et les grands rêves portés par les Africains ne sont pas assez prises en compte :


« [ ... ] Il y a une aspiration profonde, chez la jeunesse africaine, à voir leur continent évoluer dans une relation juste avec le reste du monde. Nous n'avons peut-être pas intégré suffisamment cet élément dans nos réflexions [ ... ]. la France est régulièrement attaquée depuis quelques d'années, principalement en Afrique francophone. Le sentiment antifrançais est probablement le résultat d'un certain nombre de nos erreurs, nos commentaires et de notre manque de perspicacité. Certains utilisent ces erreurs pour nous nuire et mettre en avant des thèses qui relèvent de la pure fadaise [ ... ]. Pour beaucoup, l'armée française serait présente en Afrique pour soutenir les entreprises hexagonales qui pilleraient elles-mêmes les richesses du continent, via la mise en circulation du Franc CFA , des assertions qui, à force d'être répétées, finissent par devenir relativement destructrices pour l’image de la France. Et, bien évidemment, on assiste parallèlement à un engagement croissant de mouvements se revendiquant comme "panafricanistes" qui, pour certains d’entre eux, sont en réalité des relais de la propagande venant des autorités russes, diffusant des messages selon lesquels l’Occident procéderait à l’heure actuelle à l’exploitation des richesses des pays d’Afrique au détriment du bien-être de leurs populations, tout imposant un modèle de société qui n’est pas le leur. Selon leurs dires, seuls la Russie et d’autres pays partenaires seraient plus aptes à les faire sortir des griffes de ce monde occidental aux comportements néo-colonialistes ».


Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.ceoafrique.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
71 vues
© Copyright