• Harley McKenson-Kenguéléwa

Climat des affaires en Afrique : Quelles perspectives pour les entreprises en 2021 ?

Mis à jour : mai 16


Comme à chaque début d’année, le Conseil Français des Investisseurs en Afrique (CIAN) a publié son baromètre de la conjoncture et de l'environnement des affaires sur le continent africain, réalisé en partenariat avec le quotidien "l'Opinion". Sa directrice générale, Sandrine Sorieul, a apporté son éclairage et décrypté ce rapport au cours d’une webconférence, dans le cadre du " Forum Afrique CIAN 2021 " .




Le CIAN ( Conseil français des Investisseurs en Afrique) a communiqué son dernier baromètre du même nom, portant sur les affaires en Afrique, lors du "Forum Afrique" qui s’est tenu en ligne le 18 Mars 2021, intitulé " Le rebond en Afrique viendra aussi des entreprises ! ".


« L’enquête 2020 a été réalisée auprès des dirigeants de filiales africaines des entreprises internationales, avec l’aide des adhérents du CIAN, le réseau des Chambres de Commerce franco-africaines de CCI France, la Team France Export, l’agence Business France et les Conseillers du commerce extérieur. Nous n’interrogeons pas les sièges sociaux des sociétés, mais plutôt les implantations locales qui, elles, sont en mesure de donner une photographie et d’apporter leur regard sur l’environnement des affaires sur le continent [ ... ]. Il existe deux volets dans cette enquête : le volet conjoncturel et le volet structurel » explique la directrice générale du CIAN, Sandrine Sorieul.


Ce rapport table sur une récession de - 2,1% sur le continent, contrairement aux 2,3 % de croissance positive attendue par les experts. Un recul du PIB (produit intérieur brut) qui s'explique en grande partie par les graves difficultés que connaissent les entreprises africaines et les filiales de sociétés étrangères, occasionnées par l'épidémie de Covid-19. La crise sanitaire a impacté plus particulièrement certains secteurs, qui sont à l’arrêt ou quasiment à l’arrêt : il s’agit entre autres du transport aérien et du tourisme — incluant, le secteur du MICE [ de l’acronyme anglais Meetings, Incentives, Conferencing, Exhibitions : Réunions, Séminaires incentives, Conférences et Événements professionnels, NDLR ].


« Seules les entreprises du secteur alimentaire, qui fournissent notamment des produits alimentaires de base, s'en sont bien sorties . Celles disposant d'un portefeuille bien diversifié — le transport, la logistique, le BTP — ont aussi repris leur activité » analyse Sandrine Sorieul.


Lire aussi : Investir en Afrique : Comment bâtir une stratégie d'investissement gagnante


Parmi les secteurs en lambeaux, est également citée l’Éducation, où un bon nombre d’écoles, collèges, lycées et d’universités sont restés fermés pendant de longues périodes. Mais c’est surtout le rôle de la Chine, dans le ralentissement de ses échanges commerciaux avec l’Afrique, qui est mis en exergue.


« [ ... ] En début d'année, la Chine a acheté moins de matières premières puisqu’elle avait verrouillé son économie, ce qui a impacté négativement les économies des pays producteurs de matières premières qui misent sur leurs exportations. Mais la Chine connaît une reprise économique, poursuivant donc son rattrapage » affirme Sandrine Sorieul.