top of page

Comment ouvrir le capital de sa start-up à des investisseurs sans perdre le Pouvoir ?

Dernière mise à jour : 6 janv.


Face à la problématique du financement, les fondateurs de start-up sont tiraillés entre la nécessité d’ouvrir le capital de leur structure à des business angels et la peur de se voir complètement dépossédés leur pouvoir de décision, d’où le besoin de recourir à des mécanismes juridiques afin de pérenniser un mode de gouvernance qu’ils avaient préalablement fixé. Toutefois, le fait de siéger aux côtés d’investisseurs aguerris présente des avantages certains en matière de missions d'accompagnement, d'encadrement et de stratégie de croissance.

Comment ouvrir le capital de sa start-up à des investisseurs sans perdre le Pouvoir ?

L’éviction brutale du feu Steve Jobs de sa propre société en 1985 est le type de fait saillant qui reste gravé à jamais dans la mémoire de toute personne désireuse de se lancer dans une aventure entrepreneuriale : le cofondateur & CEO de la célèbre marque ‘Apple’ s’était fait limogé de sa propre entreprise par le conseil d’administration pour insuffisance professionnelle et de résultats. Dans un autre contexte plus récent, le film ‘The Social Network’ met en lumière la manière dont Mark Zuckerberg et d’autres associés ont procédé pour faire diluer les parts d’un actionnaire historique de Facebook, Eduardo Luiz Saverin, faisant passer les parts de participation de dernier de 30 % à 0,03, de telle sorte qu’il ne soit plus en mesure d’exercer le moindre pouvoir de décision et surtout d’être poussé vers la sortie.... Ces deux exemples sont de véritables cas d’écoles et soulèvent des questionnements, voire des craintes chez les aspirants entrepreneurs en quête de financement : comment conserver son pouvoir de décision et de gestion lors d’entrée d’investisseurs dans le capital d’une jeune pousse à fort potentiel.

 

Article connexe : Comment identifier un investisseur qui convient le mieux à votre start-up ?

 

D’une manière générale, les banques domiciliées en Afrique hésitent à prêter aux entreprises qu’elles jugent trop vulnérables : portefeuille-clients peu étoffé, difficultés de remboursement des emprunts, business plan mal peaufiné etc... De ce fait, la plupart des porteurs de projet se tournent vers les business angels et les fonds d’investissement comme solution alternative, beaucoup plus flexibles et enclines à financer des start-up dont le risque est difficile à évaluer.

Toutefois, cette nécessité de trouver de l'argent rapidement entraîne systématiquement une grande confusion dans l’esprit des entrepreneurs en ce qui concerne, d’une part, l’emprunt bancaire qui constitue une dette financière et, d’autre part, l’ouverture de capital d’une société à des investisseurs qui confère le droit de posséder une partie de l’entreprise.

« les porteurs de projet n’ont pas pour vocation de maîtriser tous les mécanismes de financement de projets


Jennifer Juvénal, avocat chez Lazareff Le Bars


entrepreneuriaux, d’où l’importance de solliciter les conseils d’experts » tempère Jennifer Juvénal, spécialisée dans la structuration et financement de projets au sein du cabinet d’avocats Lazareff Le Bars qui assiste les sociétés et start-up dans 44 pays du continent africain, dont la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Sénégal ou la République Démocratique du Congo.

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.ceoafrique.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
© Copyright