Réussir son implantation en Afrique du Sud : les facteurs clés du succès

Dernière mise à jour : 27 juil.


Généralement considérée comme étant une place centrale sur la scène économique continentale, où le climat d'affaires favorise grandement l'investissement, le démarrage et développement d'activités génératrices de revenus rentables, l’Afrique du Sud séduit de plus en plus investisseurs et chefs d’entreprise porteurs de projet de grande envergure, en quête de nouvelles opportunités de croissance. En dépit des atouts véritablement compétitifs par rapport à ceux d’autres pays, le processus menant à la création d’une entité doit faire l'objet d'une analyse prudente et rigoureuse ; la stratégie de positionnement pour réussir requiert aussi l’application d’une méthodologie précise et minutieuse.

Organisée en ligne le 6 Juillet dernier par Business France et modérée par le journaliste Arnaud Fleury, la table ronde, intitulée " les clefs du succès pour se développer en Afrique du Sud ", à laquelle ont participé Yunus Hoosen (CEO de Invest SA), Axel Baroux (Directeur Afrique subsaharienne chez Business France), Sébastien de Place (Group Partner chez Mazars en Afrique du Sud) et Enrico Stecchezzini (Africa Territory Manager chez SOCOMEC), a été l’occasion de faire le point pour conseiller aux mieux les patrons de start-up, PME, ETI ou grande entreprises. Le webzine CEO Afrique, qui a assisté à cet événement virtuel, a décrypté le sens des suggestions et conseils pratiques sur la manière de procéder à l’implantation d'un projet dans cet État d’Afrique australe.



Quartier d'affaires de Sandton, agglomération de Johannesburg,

capitale économique de l'Afrique du Sud



Gagner des parts de marché significatives et, conséquemment, augmenter sa profitabilité sont des objectifs recherchés par un bon nombre d'entreprises ayant des ambitions internationales. Avec près des deux-tiers du PIB de la sous-région australe et occupant le 6ème rang continental de par sa population, l’Afrique du Sud représente un marché prometteur.


« S’implanter en Afrique du Sud représente un véritable choix stratégique, car ce pays favorise le développement des affaires. Il constitue un hub pour toute la région subsaharienne du continent, surtout dans la partie anglophone [ ... ]. Il possède l'une des économies les plus stables du continent, est doté de capacités en termes d’infrastructures et est considéré comme présentant peu de risques » affirme Enrico Stecchezzini, responsable du Bureau régional Afrique de la société SOCOMEC, un constructeur d'équipements électriques, spécialisé dans la performance énergétique et de réseaux électriques basse tension.


 

Lire aussi : L'Afrique du Sud, un géant économique qui garde son aura auprès des investisseurs

 

Cette forte exigence de compréhension du marché et des consommateurs locaux et la juste appréciation des risques s’avèrent toutefois indispensable. Comment s’implanter en Afrique du Sud de la manière la plus efficace possible ? D'abord en évaluant de près les obligations réglementaires liées à la charte des investissements du pays. À ce titre, le "Broad-based Black Economic Empowerment" (B-BBEE) est une initiative gouvernementale qui implique, pour les acteurs locaux et les sociétés étrangères, de faire émanciper économiquement les Noirs et, d’une manière générale, le large éventail de la société sud-africaine à travers des prises de participation au capital de sociétés, des approvisionnements préférentiels auprès d’entreprises sous-traitantes détenues par des Noirs ou bien l’amélioration des opportunités d'accès à l'emploi et développement de compétences en faveur de personnes issues de cette catégorie de la population. Cet arsenal législatif a été renforcé par le "Preferential Procurement Act" destiné aux entreprises qui envisagent de contractualiser avec le gouvernement ou des établissements publiques, "l'Employment Equity Act" visant à assurer l’équité en matière d’emplois et le "Skills Development Act", une loi sur le développement des compétences. L'objectif principal de ces mesures est d'en faire des instruments réellement coercitifs et ainsi tendre vers une plus grande parité dans le monde des affaires.


Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.ceoafrique.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
© Copyright