• Harley McKenson-Kenguéléwa

Investir en bourse en Afrique : Quel courtier choisir pour acheter des actions ?

Mis à jour : févr. 23


Les sociétés d’intermédiation financière se sont multipliées au cours des dernières années sur le continent africain. Toutefois, l’acquisition d’un portefeuille d’actions nécessite préalablement de se poser les bonnes questions et de renseigner sur les différentes formules que ces sociétés de bourse proposent aux investisseurs.

Grâce à leur intermédiaire financier, les investisseurs sont en mesure d’acquérir des actions et diversifier ainsi leur portefeuille d’actifs sur les différentes places africaines. Si certains se contentent d’offrir aux épargnants un accès aux principaux marchés boursiers du continent à l’instar de la Johannesburg Stock Exchange (JSE), d’autres permettent également d’investir par exemple à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) d’Afrique de l’Ouest basée à Abidjan . L’idéal pour un investisseur boursier est de réaliser des transactions, via une société de bourse ou une banque, dans son marché d'origine. Il est toutefois possible d’ouvrir un compte-titre chez un courtier local, à condition de déclarer son compte ouvert à l'étranger auprès de l'administration locale de son pays.

Les précautions d’usage s’imposent avant de passer ses ordres sur des valeurs cotées africaines en dehors de sa zone géographique. Tout d’abord il faut veiller à ce que la place financière ciblée soit ouverte aux investisseurs étrangers et qu’elle donne la possibilité de rapatrier tout ou partie de ses capitaux ou de ses gains, au regard du cadre réglementaire local. Le second réflexe est de prendre le temps de consulter les plate-formes de ces sociétés de courtage afin de comparer tous les tarifs et autres frais pratiqués dans le cadre de transactions boursières : frais de broker, coût d’un ordre d’achat ou de vente d’une action, droits de garde, commissions de change pour tout opération en devises étrangères etc, fiscalité sur les plus-values et les dividendes etc ...) . Bien entendu les options disponibles à la souscription sont de mise tant qu’elles permettent d’accompagner judicieusement les investisseurs : possibilité de transmettre ses ordres sur un smartphone ou une tablette directement chez un courtier en ligne / plateforme Internet, en transaction dans une agence ou bien uniquement par téléphone; accès en temps réel aux cotations, aux graphiques et aux historiques de données; facilité d’accès à toutes les places boursières africaines etc...

« Le NSE ( Nigerian Stock Exchange) devrait exiger des courtiers en valeurs mobilières de concevoir des applications mobiles afin de pouvoir acheter et vendre des actions en ligne [ ... ] » .

Indépendamment de l'activité que les sociétés de bourse et les banques exercent , il faut garder à l’esprit l’élément le plus important à prendre en compte est la qualité de l’information financière comme déterminant de la décision d’investir en bourse, mise à la disposition des actionnaires. Ajouté à cela, le contexte économique, politique et sociale qui peut amener le prix des actions à fluctuer de manière soudaine.

Lire aussi : Investir en bourse : les 6 règles d'or



Voici un tour d'horizon des courtiers en bourse les plus actifs opérant sur le continent africain :

Afrique du Sud