• Harley McKenson-Kenguéléwa

La Tunisie, laboratoire d'innovation technologique aux portes de l’Afrique

Mis à jour : il y a 5 jours

La Tunisie s’est érigée comme un véritable pôle d'innovation, propice aux expérimentations des start-up locales et servant de rampe de lancement pour les jeunes entreprises qui envisagent de se développer dans le reste de l’Afrique. Afin de renforcer cette position, les pouvoirs publics et acteurs du secteur privé intensifient leurs actions en faveur d’un écosystème plus solide et diversifié qui compte déjà un bon nombre de pépites prometteuses misant sur la position géographique stratégique de la Tunisie, véritable tremplin vers les autres marchés du continent.


« La Tunisie, centre de service numérique pour l’Afrique » : Tel a été le thème du webinaire, organisé par "Smart Tunisia" et modéré par Mr Serge Degallaix, qui s’est tenu le 30 juin dernier. En plus d’en avoir tiré les éléments les plus significatifs, le webzine "CEO Afrique", qui a visionné cette e-conférence, en a profité pour faire un état des lieux complet de l’écosystème Tech tunisien.




5ème au classement des meilleurs écosystèmes startup d’Afrique en 2020 d’après le centre de recherche StartupBlink, 3ème pays le plus innovant sur le continent selon le "Bloomberg Innovation Index" au cours de cette année, lauréat de ce même palmarès établi par le magazine américain en 2018 etc.... Voila un pays qui mériterait d’attirer davantage la lumière, alors qu’il se développe dans une relative discrétion. La Tunisie détient des brassées de lauriers à faire pâlir d’autres États d’Afrique. De l’AgriTech à la FinTech, en passant par la MedTech, des startups telles qu'Ezzayra, PayPos ou Medilsys peuvent jouer fièrement un rôle solide de porte-étendard de la haute technologie tunisienne.


Autre signe que le centre de gravité, en matière de digital africain, s’est déplacé vers le Pays du Jasmin : le sommet annuel "Afric’up" qui donne un coup de projecteur sur les projets technologiques les plus innovants du moment en Afrique, une grande portée symbolique par rapport au choix de la ville hôte — Tunis — , au regard de la montée en puissance des start-up tunisiennes.


Article connexe : Palmarès des 25 meilleures villes d'Afrique où lancer sa startup



Forte de ses infrastructures numériques donnant accès au très haut débit via la fibre optique, la Tunisie a déjà fait l'essentiel du chemin. Il suffit d'observer la population connectée à Internet en Tunisie, soit 66.8% d’après le site d’information Internet World Stats (39.3% en moyenne sur le continent africain, à titre de comparaison), et surtout la pléthore d'incubateurs et d’accélérateurs technologiques à l'échelle nationale — Esprit Incubator, Smart 216, Flat6Labs Tunis etc — .


« [ ... ] La réglementation en matière de protection des données personnelles en Tunisie est comparable à celle se trouvant dans les pays de l’OCDE » ajoute le Président de Smart Tunisia, Badreddine Ouali, quant à la sécurisation des systèmes d’information.


Une hausse spectaculaire des investissements dans la Tech


Les investissements en capital-risque dans les entreprises tech tunisiennes ont bondi de 533 % atteignant 8 millions de dollars US au cours de l’année 2019, par rapport à deux ans plus tôt, soit 1,5 million $ levé en 2017, si l'on se réfère aux études menées par le fonds Partech Africa. À titre de comparaison, les start-up marocaines ont levé 7 millions de dollars US et les jeunes pousses ivoiriennes n’ont cumulé que 2 millions de dollars US sur l'ensemble de l'année 2019. L'écosystème tunisien qui demeure de taille modeste aux côtés de mastodontes continentaux, à l’instar des marchés nigérian (747 millions de dollars US) et kényan (564 millions de dollars US), s'inscrit cependant dans une dynamique favorable et d'amélioration continue.


« Je ne pensais pas revenir en Tunisie et mettre mon propre argent dans des start-up » témoigne Ilyes BDIOUI, lui-même ange financier au sein de Bridging Angels, un réseau de Business Angels qui se focalise sur les start-up technologiques africaines.


Article connexe : Devenir Business Angel : comment investir dans une PME ou une start-up



Un système éducatif performant


La Tunisie peut s'enorgueillir d’être dotée d’un vivier de main d’œuvre hautement qualifiée, l’un des principaux atouts du pays, d’autant plus qu’elle est considérée comme le troisième pays le plus innovant sur la scène continentale (juste derrière l’Algérie et l’Afrique du Sud), selon l’indice "Bloomberg Innovation Index 2020" qui élabore son classement en fonction du nombre de brevets déposés dans l’année, de la concentration du nombre de chercheurs et de l’intensité en Recherche & Développement (R&D).


« [ ..... ] La Tunisie a la chance de posséder une population très bien éduquée et une ‘surproduction’, si j’ose dire, de talents [ ... ] », se réjouit Badreddine Ouali.


Ombeline Bernard Manusset Allant, directrice générale de Vocalcom Afrique, abonde dans le sens de ce constat établi par le président de Smart Tunisia, mettant en exergue, pour sa part, les raisons pour lesquelles la Tunisie constitue un véritable hub pour l’Afrique.


« L’un des atouts de la Tunisie, c’est l’image qu’elle véhicule dans les autres États d’Afrique. Le pays est souvent assimilé à la compétence et au sérieux, insufflé de valeurs humaines fortes. Il y a un vivier de ressources qualifiées. L’écosystème permet de favoriser le développement des compétences pour les entreprises. [ ... ] Par ailleurs, le pays est francophone. Cela nous permet d’élargir notre terrain de jeu, bien que nous travaillons aussi avec les pays anglophones d'Afrique de l’Est. Nous n’avons aucun problème de langue en Tunisie. Tous nos collaborateurs parlent couramment anglais [ ... ] » .


"Tunisian Startup Act" : Permettre aux start-up tunisiennes de devenir les GAFA africains de demain


Selon le site "Disrupt Tunisia", le pays compte près de 650 start-up, dont 60 % qui sont concentrées dans le Grand Tunis et 8 % domiciliées dans la ville de Sousse. Quelques années auparavant, certaines d’entre elles avaient un accès encore trop limité aux financements. Dès Avril 2018, les parlementaires de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) ont donc décidé d’inverser cette tendance en adoptant le “start-up Act”, un cadre juridique destiné à promouvoir les jeunes pousses locales. Ce dispositif autorise entre autres une exonération de l’impôt sur la plus-value pour les investisseurs, permet une prise en charge par l’État des charges patronales & salariales et celle des frais d’enregistrement des brevets pour les start-up et donne la possibilité d’ ouvrir un compte en devises. De surcroît, il octroiera prochainement une enveloppe globale d’un programme de financement dédié aux projets innovants qui s'élève à 240 millions de dinars, auquel s’ajoutera un plan de soutien de 3 millions de dinars pour le start-up labellisées et impactées par la pandémie de Covid-19.


En jouant un rôle précurseur, la Tunisie y a gagné, à terme, en légitimité.


« [ ... ] La "Tunisian Startup Act" a eu un effet d’entraînement sur l’ensemble du continent, et notamment au Sénégal. Une initiative similaire a été lancée en Côte d’Ivoire et au Bénin. Il est évident que ce "Startup Act" a créé une émulation une émulation entre les États [ ... ] » observe Martin Labbé, coordinateur pour le développement de l’industrie du numérique au Centre du Commerce International (ITC).


Un avis partagé par Emna Kharouf, managing partner chez Deloitte Conseil, estimant que le "Startup Act Tunisia" est un bel exemple « d’ apports d’expertises tunisiennes » qui ont été particulièrement « enrichis au Sénégal » à travers le Sen Startup Act.


Ce dispositif, d’un genre nouveau en Afrique, va donc permettre à des start-up labellisées telles que Vitalight Lab, NG Technologies, Kaoun, Enova Robotics ou Ezzayra d’espérer prétendre se hisser un jour au niveau de géants du numérique.


Lire aussi : La révolution numérique met l'Afrique en ébullition




Une position géographique stratégique


Connectée au monde via ses infrastructures aéroportuaires et portuaires, la Tunisie occupe un positionnement stratégique pour ses flux de commerce grâce notamment à la proximité de plusieurs métropoles internationales tels que Barcelone, Palerme ou Nice. De ce fait, les grands groupes technologiques font le choix de s’y établir, eu égard au fait que le pays peut servir de point d’ancrage pour conquérir d'autres marchés de consommateurs à la fois en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, voire dans toute l’Asie.


« [ .... ] La Tunisie dispose de près de neuf aéroports internationaux qui assurent plus de 1500 vols hebdomadaires [avant la crise du Covid 19, NDLR], une fréquence assez importante qui permet d’accéder à des marchés en Europe, en Afrique ou dans la région MENA », précise Ilyes Bdioui.


Un pays leader qui doit répondre néanmoins à des défis majeurs pour exploiter pleinement son potentiel technologique


Bien que le secteur des Technologies de l'Information et de la Communication soit l'une des locomotives désignées de sa croissance avec près de 7 % du PIB, la Tunisie possède un capital humain largement sous-exploité. Le symptôme le plus significatif est le départ à l'étranger d’un bon nombre d’ingénieurs, d’innovateurs et d’inventeurs qui pourraient pourtant constituer les fers de lance de la Tunisie de demain. Cette difficulté à capitaliser sur l’ensemble de ses talents pourrait peser à moyen terme sur cette économie digitale intensivement compétitive à l’heure actuelle, facteur important de son développement.


Il convient toutefois de noter que c’est notamment sur la base de ce constat que les autorités se sont saisies de cette problématique pour mettre en place le "Tunisian Startup Act" qui permettra de donner du financement et la visibilité aux meilleures initiatives innovantes, offrant ainsi une lueur d'espoir dans ce contexte de fuite massive des cerveaux.




Par Harley McKenson-Kenguéléwa







Sur la même thématique :


Top 8 des start-up innovantes à suivre de ( très) près au Maroc en 2020


Top 10 des start-up ivoiriennes à suivre (de près) en 2019


Dakar, une terre d'entrepreneurs





Tags :


entrepreneurs afrique ; startup afrique ; financement projet Afrique , lever des fonds en Afrique , économie africaine ; comment convaincre business angels ; créer son entreprise en Afrique ; start-up africaines ; implanter son entreprise en Afrique ; entreprendre en Afrique ; entrepreneuriat en Afrique ; faire du business en Afrique ; investir Afrique ;



© CEO Afrique 2020 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page