top of page

Cameroun : les plus grands secteurs porteurs de croissance où investir

Dernière mise à jour : 8 mai


Riche de secteurs identifiés comme stratégiquement importants, le Cameroun est un terreau fertile pour le développement d’affaires sur le long terme grâce aux investissements étrangers et nationaux. C’est ce qu’ont soutenu dans ce sens plusieurs personnalités politiques de premier plan, chefs d'entreprise et cadres dirigeants d’institutions financières qui ont passé au crible les opportunités d’investissements offertes par ce pays d’Afrique centrale, au cours d’un webinaire intitulé "Invest in Cameroon" organisé par Africa CEO Forum, un événement digital auquel le webzine CEO Afrique a assisté.




« Le Cameroun représente un "très bon risque" du point des investisseurs étrangers. Ceux d’entre eux qui s’y sont rendus par curiosité s’y sont établis durablement par conviction ». Ainsi s'exprimait le Premier ministre du Cameroun, Joseph Dion Ngute, lors d'une récente e-conférence intitulée "Invest in Cameroon" organisée le 23 février dernier par Africa CEO Forum, en partenariat avec Ecobank Cameroun. Yanis Arnopoulos, directeur général adjoint du Groupe Arno présent dans la distribution, l’énergie et l’immobilier, lui emboîte le pas : « Le Cameroun est une terre d’opportunités et il y a énormément de choses à y faire. Je lance un appel à la diaspora, cette diaspora qui envoie beaucoup d'argent au pays ; je leur demande de revenir investir sur place, pour pouvoir créer le Cameroun de demain ». Certes, ce n’est pas encore une déferlante, mais de plus en plus d’investisseurs regardent du côté de l’Afrique centrale, et particulièrement celui du pays des "Lions indomptables" qui sert de tête de pont dans la sous-région pour y chasser de bonnes affaires. Comme en témoigne le dernier rapport publié par CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement), indiquant que le montant des Investissements Directs Etrangers (IDE) est passé de 675 millions USD en 2020 à 850 millions USD en 2021, soit un bond de 26 %.


Si la croissance économique mondiale reste incertaine d’une manière générale en raison de la crise liée à la pandémie de Covid-19 et, plus récemment, le conflit russo-ukrainien, la tendance devrait se manifester plutôt positivement au Cameroun, où le taux attendu devrait s’établir à 4,6 % en 2023, si l’on en croit les prévisions économiques émanant des autorités. Hormis la conjoncture, le pays ne manque pas non plus d’attraits. « Le Cameroun dispose d’un capital humain avec une productivité du travail qui est supérieure à la moyenne des pays d’Afrique subsaharienne, et aussi une population qui a un accès à l’éducation primaire universelle [ ... ] » affirme Mehdi Tanani, directeur Régional Afrique Centrale chez Proparco, une filiale de l’Agence Française de Développement (AFD). Une assertion confirmée par Gwendoline Abunaw, directrice générale d’Ecobank Cameroon : « Le Cameroun se distingue par sa population jeune et instruite. Le taux d’alphabétisation avoisine les 80%. Ce qui signifie que, quels que soient les compétences et les talents que vous recherchez pour développer votre activité, vous les trouverez sans difficulté dans le pays ». Jacques Jonathan Nyemb, avocat d'affaires et porte-parole du GICAM (Groupement Interpatronal du Cameroun), relève pour sa part d’autres indices positifs : « La Stratégie Nationale de Développement 2020- 2030 du Cameroun (SND30) donne la part belle au secteur privé [ ... ]. À l'heure actuelle, nous sommes en période d'accalmie au niveau fiscal avec la dernière loi de finances et particulièrement celle relative aux incitations aux investissements [ ... ] ».


Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à ceoafrique.com pour continuer à lire ce post exclusif.

391 vues

Comments

Couldn’t Load Comments
It looks like there was a technical problem. Try reconnecting or refreshing the page.
© Copyright
bottom of page