• Harley McKenson-Kenguéléwa

L’Algérie, un gigantesque potentiel de développement sous-valorisé

Mis à jour : mai 17


Une localisation stratégique, des efforts consentis en matière d’infrastructures, une pléthore de secteurs porteurs, une dynamique des échanges commerciaux avec son partenaire historique ... Autant d’arguments qui font de l’Algérie une destination business en devenir pour des dirigeants d’entreprise et des patrons de start-up en quête de nouvelles opportunités d’investissement. Mais ce pays d’Afrique du Nord ne doit pas relâcher ses efforts car de nombreux défis l’attendent.

Au cours d’un webinaire modéré par Denis Bergé, intitulé " Algérie, un potentiel inexploité ", un panel d’experts et de personnalités issues du monde politique, entrepreneurial ou associatif, dont ont fait partie Yacine Oualid (Ministre délégué, chargé des Start-up et de l’Innovation en Algérie), Nazim Sini (Délégué régional de la Chambre Algérienne de Commerce et d'Industrie en France), Jean-Luc Chauvin (Président de la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence), Samir Abdelkrim (Fondateur d’Emerging Mediterranean), Tadjeddine Bachir ( Président du Groupement Algérien des Acteurs du Numérique - GAAN), Anis Abassia (Coordonnateur GAAN) et Yves Delafon (Président d’AfricaLink), ont dévoilé les attraits du pays pour le tourisme d'affaires.

Le webzine CEO Afrique, qui a visionné en ligne cette e-conférence, en a tiré les éléments les plus pertinents concernant les interventions des participants et a aussi énuméré les leviers qui pourraient améliorer de manière substantielle le climat des affaires en Algérie .



L'Algérie ambitionne de s’ouvrir plus largement au tourisme d’affaires. Parfois boudée, voire méconnue des entreprises souhaitant organiser des événement professionnels ou envisager des projets d'implantation, ce pays du Maghreb possède pourtant un certain nombre d’atouts majeurs susceptibles de séduire les voyageurs d’affaires. Ce sujet a constitué le fil conducteur de la web-conférence organisée le 28 Janvier dernier par le réseau AfricaLink, sous le thème "Algérie, un potentiel inexploité ", au cours de laquelle les participants ont affûté leurs arguments.


« L’Algérie est un géant de la méditerranée qui pourrait être comparé à l’un des dragons d’Asie, dont les économies très dynamiques tirent leur croissance de la région. Le pays a le potentiel pour endosser ce rôle dans la région MENA [ Middle East and North Africa, NDLR] » s’enthousiasme, d’entrée de jeu, Nazim Sini, délégué régional de la Chambre de commerce et d’industrie algérienne en France et expert des questions économique en zone Méditerranée.


Des infrastructures "business-friendly"


La capitale Alger, où siègent les fleurons nationaux tels que l’entreprise pétrolière & gazière Sonatrach, le distributeur de produits pétroliers Naftal ou le conglomérat agroalimentaire Cevital, et au sein duquel se trouve également le quartier d'affaires de Bab Ezzouar, est la figure emblématique d’un pays qui semble vouloir à tout prix aller de l’avant. D’une manière générale, quelques villes offrent des infrastructures susceptibles d’accueillir des événements d’entreprises. Alger abrite le Centre international de Conférences (CIC) Abdelatif Rahal, dont l’auditorium ICOSIUM est doté d’une capacité d’accueil de 6000 places. A Oran, certains établissements, à l’instar du Méridien Oran Hotel & Convention Centre, du Sheraton Oran Hotel ou Royal Hotel Oran, peuvent pour leur part, accueillir jusqu’à respectivement 3000, 800 et 120 places .



Par ailleurs, les investisseurs étrangers louent la position stratégique du pays en tant que porte d’entrée aérienne ou maritime de l’Afrique.


« Patrons de TPE & PME marseillaises, l’Algérie est faite pour vous ! Vous disposez d’un avantage concurrentiel par rapport à la proximité géographique : vous pouvez quitter le territoire le matin et revenir le soir en Algérie » soutient Nazim Sini.


Une déclaration qui amène à mettre en exergue les récents travaux de rénovation de la piste principale de l’aéroport international d’Alger Houari Boumédiène — premier aéroport africain en terme de capacité, soit près de 22 millions de passagers par an — renforçant ainsi la sécurité du trafic aérien.


Des secteurs porteurs de croissance qui peuvent stimuler les velléités entrepreneuriales