Palmarès des 25 meilleures villes d'Afrique où lancer sa startup

© CEO Afrique 2019 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page

Palmarès des meilleures 25 villes d'Afrique où il fait bon de lancer sa start-up

Quelles sont les 25 meilleures villes africaines pour monter sa

startup ? La plateforme d’information " CEO Afrique " propose dans son classement exclusif un tour des métropoles aux quatre coins du continent, offrant le plus d'opportunités aux entrepreneurs.

 

Par Harley McKenson-Kenguéléwa, fondateur de CEO Afrique & responsable éditorial du palmarès.

 

                     

Les perspectives d’un changement de cap qui planent au dessus des échanges commerciaux entre l’Afrique et une Europe dont la France qui entend se faire le porte-voix, c’est aussi l'avènement d'une ère nouvelle de tout un continent, affranchi de ses démons passés, en quête d’une économie prospère et d’une implication plus grande dans la gouvernance économique mondiale aux côtés des autres géants de la planète que sont les États-Unis, la Chine, la Russie ou l'Inde, comptant même faire mentir les préjugés qui lui collent tellement à la peau. Cette Afrique là, c’est aussi une destination business en expansion; ce sont les PME, les TPE, les start-up... s'érigeant toutes en tant que moteurs de croissance et de l'innovation technologique impulsée par une jeunesse africaine qui s’adapte avec brio aux bouleversement de la société 3.0, avec des grandes métropoles émergentes en figure de proue. La quatrième édition des Rencontres Africa, qui se déroulera respectivement du 21 au 22 Octobre au Maroc et du 24 au 25 octobre prochain au Sénégal, incarne à la perfection cet esprit d'engagement envers la valorisation du secteur privé. C’est dans ce contexte de regain d'intérêt pour une diplomatie économique multilatérale au sens le plus noble du terme que la plateforme d’information CEO Afrique , partenaire associé "Média" de cet événement majeur qui se tiendra à nouveau en terre africaine à la rentrée, a établi un classement exclusif des 25 meilleures villes africaines où il fait bon entreprendre, créer son entreprise, lancer sa start-up, développer ses activités .....

 

Méthologie 

 

 

 

Travail de longue haleine étalé sur plusieurs mois, CEO Afrique s’est appuyé sur les derniers indicateurs rendus publics par des institutions de renom : Doing business de la Banque mondiale, Classement Mercer sur la qualité et le coût de la vie, Indice d’Innovation des Villes (Innovation Cities Index), Indice mondial de l'innovation (créée conjointement par l’Université Cornell, l’Institut INSEAD et l’Organisation Mondiale de la propriété intellectuelle), Index mondial sur la compétitivité et les talents (GTCI), Indice de développement des infrastructures africaines de la BAD, Global Entrepreneurship Index , le rapport Afrasia concernant les HNWI ( High Net Worth Individual) etc... Afin d’écarter les effets potentiels d’une trop grande part de subjectivité, nous y avons ajouté d’autres éléments susceptibles de mesurer la performance des différents écosystèmes entrepreneuriaux et d’innovation, à savoir : le nombre d’incubateurs et pépinières d'entreprises qui contribuent à améliorer le taux de survie des entreprises, les espaces de coworking qui constituent une alternative sérieuse et réelle aux offres classiques d’immobiliers de bureau, les montants des fonds levés au sein des startups, révélateurs de la qualité des projets entrepreneuriaux, la taille du marché local qui va permettre de réaliser ses ventes et développer ses affaires etc...

Véritable levier d’influence et de rayonnement des villes africaines en matière d’entrepreneuriat, ce palmarès inédit se veut le reflet d’un continent qui gagne et constitue désormais le marqueur de la plateforme d’information CEO Afrique.

 

Pour cette première édition, le classement a été effectué par ordre décroissant, allant du nominé placé à la 25ème place jusqu’à la ville lauréate occupant la 1er position, une façon de monter en crescendo le pouvoir d'attraction du trio de tête de ce palmarès. Découvrez dès à présent le top 25 des villes africaines où entreprendre et créer sa startup.

 

 Lilongwe - Malawi

 

Un écosystème se dévoile au Malawi et indique une activité très dynamique du côté des startups, avec un phénomène très concentré à Blantyre et surtout à Lilongwe. En effet, la capitale malawite offre un environnement intéressant pour les entrepreneurs issus des secteurs de la tech. A noter que, sur les 1,163 milliard de dollars US de levées de fonds réalisées par les start-up africaines, le Malawi concentre à lui seul 28 millions de dollars, soit un peu plus de 2 % de la totalité des levées de capitaux réalisées sur le continent, dépassant ainsi le Sénégal, le Rwanda ou l'Éthiopie, selon le dernier rapport du fonds de’investissement Partech Africa. Concernant l’accompagnement de projet, InCUBE8, " Growth Accelerator Malawi " , "GrowthAfrica"  et "Accesserator Lilongwe" permettent aux jeunes pousses spécialisées d’être incubées ou accélérées. Pour le numérique, la ville ne manque pas de lieux où innover, comme MHub. Côté financement, Kweza Equity Partners investit sur le long terme dans les pépites malawites. Mais globalement, le déficit de financement des start-up et des PME reste une réalité.

 

 

Startups à suivre de près :

 

Phwando App : Application dédiée aux événements ; 

Tiyeni App : Application dédiée au voyage au Malawi; 

Ecoride App : Application de localisation de taxi au Malawi 

 

 Kampala - Ouganda

 

Le taux d'activité entrepreneuriale à Kampala est l’un des plus élevés au monde. Mais dans la plupart des cas, il s’agit davantage d’une forme entrepreneuriale de survie que d’un phénomène de la création d’entreprise par opportunité, avec des projets bien construits autour d’une vision à long terme. Scène prometteuse, Kampala peut toutefois se targuer de compter au son sein 800 HNWIs [ High Net Worth Individuals : personne fortunée disposant d’actifs égaux ou supérieurs à 1 million de dollars, NDLR] et 40 multimillionnaires, avec de véritables capitaines d’industrie, dont Mohammed Hamid, fondateur du conglomérat Aya dont les activités couvrent entre autres l’agro-alimentaire, le transport, l’exploitation minière et l’agriculture, Ali-shah Jivraj, PDG du groupe Royal Electronics, spécialisé dans la distribution d’appareils électroménagers et de produits high tech. De plus, quelques structures d’accompagnement et espaces collaboratifs — FinAfrica Entrepreneurship Centre, BDC Uganda, TechBuzz Hub, Innovation Village, Design Hub Kampala, Outbox Hub, Hive Colab NFT, Mawazo Innovation hub — structurent l’écosystème local.

 

Startups à suivre de près :

 

Tugende : Crédit-bail concernant l'achat de taxis-moto; 

Ensibuko : Plateforme de microfinance ;

Xente : Apllication de paiement mobile ;

Fundi Bots : Laboratoire de robotique

Kiira Motors Corporation : Industrie automobile

 

 Addis-Abeba - Éthiopie

 

Bien que fonctionnant sur une échelle beaucoup plus petite que celles des pôles d’innovation plus matures tels que Cape Town, Johnnesburg ou Nairobi, l’esprit startup est bien présent dans la capitale éthiopienne qui s’impose comme un vivier de talents aux profils technologiques, comment en témoigne la structure Gebeya Sur la scène des start-up, deux sociétés, Ride et ZayRide, profitent probablement de l'absence du Géant Uber pour s’imposer comme les leaders des applications mobiles de mise en contact d'utilisateurs dans le domaine des services de transport à Addis-Abeba. Deliver Addis, le service de paiement YenaPay et Deamat, une plateforme e-commerce qui met en relation des agriculteurs et des consommateurs, prennent aussi leur marque dans le paysage des jeunes pousses à fort potentiel de croissance. Le vif succès de sociétés a déclenché l’intérêt de investisseurs ShemTECH Ventures qui souhaitent contribuer à leur croissance. L’écoystème entrepreneurial et numérique est aussi en partie structuré autour d’ IceAddis, l’incubateur BlueMoon, xHub Addis et le laboratoire iCog Labs. Seul bémol au tableau: sur l’initiative d’un opérateur de télécommunication dont le capital est détenu par l’État éthiopien, Addis-Abeba avait subi des coupures d’ Internet en Juin et Juillet derniers. Des interruptions qui pourraient constituer des goulots d’étranglement si elles étaient amenées à se répéter, ce qui entraverait le développement de start-up dont l’activité tourne autour des applications et des sites web et paralysait ainsi certains pans de l'économie à moyen terme.

 

 Abidjan - Côte d'Ivoire

 

Selon le rapport Doing 2019, la Côte d’Ivoire compte parmi les pays les plus réformateurs au monde, avec des progressions sur quelques indicateurs tels que l’exécution des contrats, l’obtention du permis de construire ou l’obtention du crédit. L’amélioration du climat des affaires a rendu possible la multiplication des décisions d’investissements directs étrangers. Des structures d’accompagnement comme Incub’Ivoir, l’association 35.35, Dream Factory, Orange Fab Côte d’Ivoire, Orange Corner, ainsi que le FabLab, Baby Lab ou l’ONG Akendewa sont en train de structurer le paysage startup d’Abidjan, dont le poids économique de la ville est largement dominant sur l’ensemble du pays. L'écosystème se positionne également sur un bon nombre d’application tech avec des acteurs comme Lifi Led,  S-Cash payment, Prodestic,  Wefly Agri ou bien d'autres solutions innovantes comme LIFI-LED . Il reste, cependant, la problématique du financement des startup. Des fonds dédiés aux startups early stage, comme Comoé Capital, sont apparus récemment dans un environnement où la culture de l’investissement individuel est, à contrario est encore très peu développé, soit trois structures de business angels recensés à l’heure actuelle : Ivoire Angels, EIC Corporation et Ivoire Business Angel Network (IBAN).

 

 

Article connexe : Côte d'Ivoire : Sciences Po Executive Education, au service du Plan Emergence 2020

 

 

L'écosystème local reste cependant très jeune et une importante marge de progression subsiste en matière de projets solides, avec des stratégies de marché bien élaborés.

 

« Beaucoup de jeunes veulent se lancer dans l'entrepreneuriat. Néanmoins, la création d'entreprise en Côte d'Ivoire est perçue comme une solution alternative contre le chômage. Alors nombreux sont ceux, ayant très peu de connaissance dans ce domaine, et décident de se lancer sans se préoccuper de rendre leur projet pérenne avec la formalisation d'une vision  d'entreprise à long terme et la détection d'une véritable problématique et la détection des besoins & attentes des consommateurs sur un marché ciblé » déplore Hermann Christian Kouassi,

co-fondateur & CEO de la structure d'appui Incub'Ivoir.

 

Toutefois, il faudrait aborder le problème sous un angle beaucoup plus structurel, selon cet analyste financier de formation :

 

«« En étroite collaboration avec le Ministère ivoirien de l'Economie Numérique et de la Poste, tous les acteurs de l'écosystème entrepreneurial ivoirien, dont je fais partie, travaille sur l’ " Ivoirian startup act ", un projet de loi visant à créer un environnement favorable aux développement des start-up innovantes. Le texte, en cours d’élaboration, sera bientôt présenté au Conseil des ministres ».

 

 Dar es Salam - Tanzanie

 

Son écosystème des startups semble en plein boom, si’l’on raisonne en termes de levée de fonds. D’après la dernière étude publiée par le fonds d’investissement Partech Africa, les start-up tanzaniennes, dont d’une grande majorité d’entre elles se trouvent à Dar es Salaam ont réussi à réunir près d’ 75 millions de dollars, se classant juste derrière les jeunes pousses kényanes (348 millions de dollars), nigérianes (306 millions) et sud-africaines (250 millions). Le déploiement de la 4 G dans la ville a contribué à une hausse du taux de pénétration Internet [ Taux de pénétration en Tanzanie au 30 Juin 2019 : 71.6 %, NDLR] et offre aux entrepreneurs, de ce fait, des opportunités massives autour de de l'Internet des objets et du secteur de l’e-commerce et de la FinTech. Plusieurs structures — Buni Hub, Ndoto Hub, Dar Teknohama, SafeSpaceco, Jenga Hub— se sont organisées à Dar es Salaam afin d'apporter conseils, expertises, formations et ressources aux jeunes entrepreneurs.

 

 

Startups à suivre de près :

 

ClickPesa : Solution de paiement en ligne ;

PayChap : Platforme de paiement

Harlos : Négociants/ Distributeurs de containers

FixChap : Application dédiée aux bricolages, réparations & rénovations

 

 

Alger - Algérie

Alger offre un écosystème entrepreneurial en cours de construction. Des structures tels que Sylabs, IncubMe, l’Incubateur du FCE ( Forum des chefs d'entreprises) , le HABA Institute, Incubateur de l’ESAA (École Supérieure Algérienne des Affaires), l’ANPT ('Agence Nationale de Promotion et de Développement des Parcs Technologiques), l'ANVREDET (Agence Nationale de Valorisation des résultats de la Recherche et du Développement Technologique), le CDTA (Centre de développement des technologies avancées), l’incubateur de l’ACSE ( Algerian Center for Social Entrepreneurship) et CapCowork favorisent la mise en réseau de patrons de start-up et aspirants entrepreneurs dans le cadre de coachings personnalisés, de partages d’expériences et de connaissances. Toutefois, ce n'est donc pas l’accompagnement qui fait défaut, mais bien plutôt le financement, le maillon clé de la chaîne de développement des startups algéroises. La CNAC (Caisse nationale d’assurance-chômage) et l’ANSEJ (Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes) servent entre autres de leviers de financement, aux côtés de BAALDI (Business Angels Algérie Diaspora) et du fonds d’investissement Maghreb Private Equity Fund IV qui sont basés en dehors de la ville. Force est de constater que quelques particuliers issus des High Net Worth Individuals (HNWI) à la tête d'actifs équivalant à au moins 1 million de dollars US [ 1 900 HNWIs et 90 multi-millionnaires recensés à Alger en 2016 - Source : Africa Wealth Report 2017, NDLR], financent l'essor d’ entreprises à forte croissance., mais ne sont pas organisés en réseau, faute d'un environnement fiscal attractif pour les investisseurs individuels. Seul le réseau Casbah Business Angels est vraiment actif dans le paysage des anges financiers.

 

Startups à suivre de près :

 

Aquinetic Algerie : Agence Web spécialisée dans la numérisation des processus métiers orientés Web Marketing ;

Nkheyar: Comparateur de prix;

YA Technologies : Service de transport;

Nbatou: plateforme spécialisée dans les réservations & solutions d'hébergement

 

 

 

Dakar - Sénégal

 

Dakar est l’étoile montante des villes africaines où il fait bon entreprendre. Le paysage urbain fourmille de startups, dont certaines ont gagné en notoriété grace à leur participation à des concours internationaux dédiés à l’entrepreneuriat et à l’innovation. Les pouvoirs publics, à l’instar de la Délégation Générale à l'Entrepreneuriat Rapide (DER,) travaillent main dans la main avec les acteurs du secteur privé pour favoriser la croissance économique des jeunes pousses locales et l'implication des structures d'appui à la création d'entreprise n’est plus à prouver. 

 

« Qu’ils soient formés au pays ou ailleurs, les talents issue de la jeunesse sénégalaise est de plus en plus attirée par l’entrepreneuriat dorénavant plébiscitée au détriment des métiers plus traditionnels notamment la fonction publique. Le retour de nombreux " repats "  brillants et formés à en Europe ou aux Etats-Unis, a également insufflé un nouvel engouement pour l’entrepreneuriat notamment dans la Tech » s'était confié, dans nos colonnes, un membre du comité de direction de Dakar Network Angels, un réseau de business angels.

 

 

Lire aussi : Dakar, une terre d'entrepreneurs

 

 

 

La totalité des levées de fonds effectués au Sénégal, pays dont Dakar constitue l’épicentre économique, prouve que les projets entrepreneuriaux sont suffisamment matures pour être financés. Mais le le grand challenge de l'écosystème local reste celui du financement, un défi qui s’est avéré mobilisateur : les pouvoirs publics et les principaux acteurs qui agissent dans le domaine de l’entrepreneuriat & du numérique planchent actuellement une proposition de loi dénommée le Sen Startup Act, calqué sur le modèle du Startup Act Tunisie, visant à répondre aux répondre aux problématiques rencontrées par les jeunes pousses innovantes.

 

 

Startups à suivre de près :

 

Geomatica : spécialisé dans la géomatique, traitement des données spatiales,

OuiCarry : Service de livraison, fret maritime, 

E-Tontine : Système d'épargne digitalisée, 

Kobiri : Gestion de compte mobile money

 

 

Accra - Ghana

 

Dynamisme de ses start-up, vivier de talents, les atouts ne manquent pas pour faire d’Accra l’une des villes les plus dynamiques en Afrique de l’Ouest. De nombreux acteurs locaux et internationaux de l'innovation et de l'entrepreneuriat animent cet environnement propice à l’éclosion des jeunes pousses : On peut citer notamment iSpace et Impact Hub Accra, sans oublier MEST Accra, filiale de la multinationale suédoise Meltwater Entrepreneurial School of Technology (MEST), considéré comme le plus grand incubateur de start-up du continent. L’enseignement supérieur, à travers le Ghana Institute of management and public administration (Gimpa) ou l'université Ashesi, joue aussi un rôle important dans la formation des leaders économiques de demain. Il est à noter qu’ Accra figure parmi les métropoles africaines, aux côtés de Cape Town et Johnanesburg, où l’on recense une très forte concentration d’incubateurs, accélérateurs et d’espaces co-working. Le dynamisme d'innovation qui règne dans cette ville a sans doute amener le géant américain Google à y installer son centre de recherche en intelligence artificielle

( Google IA). Accra a entraîné dans sa dynamique la ville de Kumasi où se trouvent l’‘incubateur Kumasi Hive et l’Université des sciences et technologies Kwame Nkrumah.

 

Startups à suivre de près :

 

Complete Farmer : Plateforme d'investissement agricole

SOFTtribe : Conception de logiciels

Agrocenta : Plateforme de mise en relation entre producteurs agricoles et consommateurs,

Nkyea Learning System : application dédiée à l'apprentissage des langues 

OMG Digital : Site d'information,

Expresspay : plateforme de paiement, 

SnooCode : Générateur de code pour se repérer à Accra, 

Meqasa : Site d'annonces immobilières

 

 

Victoria - Seychelles

 

Se taillant une réputation d’archipel paradisiaque avec des horizons ensoleillés, les Seychelles disposent d'autres atouts essentiels. Capitale administrative et centre économique important dans l'Océan Indien, Victoria est dotée d’ infrastructures modernes, d’offres d'hébergement touristique de haut standing et d’institutions solides aux services des acteurs économiques et particulièrement aux entrepreneurs qui souhaitent y développer leur activité.Certes formes juridiques d’entreprise ( (International Business Company) dispensent les créateurs de l’obligation d'avoir un montant minimum au niveau de leur capital social.

Mais l’ atout majeur est sans conteste une fiscalité avantageuse. Les Seychelles font partie des pays au monde où la fiscalité est la plus favorable pour les chefs d’entreprise. Victoria présente un taux de l’impôt sur les sociétés est beaucoup plus clémente que dans un bon nombre de grandes métropoles sur le continent.

 

Cependant les patrons de start-up peuvent rencontrer deux problèmes de taille :la pénurie de main d'œuvre formée et qualifiée et les difficultés d'accès au financement sont susceptibles de constituer un frein majeur au développement de leur entreprise.

 

« Le gouvernement du Blangadesh envisage d'envoyer de la main d'oeuvre aux Seychelles [ ... ] ».

 

 

 

Windhoek - Namibie

 

 

 

Windhoek, aux traits caractéristiques d’une ville occidentale et capitale de la Namibie qui se situe huitième rang des pays offrant la meilleure qualité de vie sur le continent africain selon le classement 2019 du cabinet Mercer, dégage une atmosphère paisible et relaxante à laquelle serait sensible tout porteur de projet lambda.

 

La présence du Namibia Business Innovation Institute (NBII), de l’Université des sciences et technologies de Namibie (NUST ),de l’incubateur Dololo DoBox ou de l’ Olafika SME Development and Mentorship est le signe d’un réel engagement en faveur de l’entrepreneuriat et de l’innovation. La plateforme en ligne Namibia Entrepreneurs.com , dont la mission est l’accompagnement dans la création et la mise en œuvre des projets, permet aussi de combler un vide dans les dispositifs de mentorat et de coaching.

 

Toutefois, l'étroitesse du marché intérieur et sa faible connectivité mondiale impliquerait de repenser en profondeur les modes de financement des start-up locales

 

 

Tukondjeni Handobe : « Nous avons un secteur privé très faible. Le gouvernement doit renforcer le secteur privé en soutenant les projets entrepreneuriaux à long terme, de telle sorte à batir des entreprises pérennes.  Cela se fait attendre depuis trop longtemps [ ... ] » .

 

Loide Uushona : « [ ... ] Je peux imaginer que les connaisances en matière d'entrepreneuriat et en innovation, d'une manière générale, soient assez minimes [ ... ] » .

 

 

Startups à suivre de près :

 

SunCycles Namibia : vélos électriques dotés de batteries rechargeables à l’énergie solaire

Rainmaker digital : Agence de marketing digital

Elephonic Mobile Technologies : Fabricant de téléphones mobiles

 

 

Gaborone - Botswana

 

Tout comme Windhoek en Namibie, la capitale botswanaise est reconnue pour la qualité de vie qu'elle offre à ses habitants, ce qui représente un atout indéniable pour les entrepreneurs recherchant les ingrédients du rêve mêlant un équilibre parfait entre les exigences du travail et celles de la vie personnelle, en s'y implantant leur projet. Plus globalement, le Botswana figure dans le Top 10 des pays d’Afrique offrant la meilleure qualité de vie, selon le classement 2019 du cabinet Mercer, en plus de sa grande stabilité politique, sa gouvernance et un État-providence qui fonctionne.

 

Plusieurs structures et événements à vocation sous-régionale, panafricaine ou internationale — Tokafala, Creative Business Cup Botswana, Southern Africa Startup Awards, SAIS II (Southern Africa Innovation Support ), Seedstars Gaborone, Tony Elumelu Foundation — jouent un rôle déterminant dans l’écosystème entrepreneurial gaboronais, en matière d’accompagnement de projets. Eu égard à la taille relativement modeste de la ville, soit près de 250 000 habitants, les créateurs d’entreprise ont la chance d’avoir à proximité de plusieurs autres institutions locales telles que le Botswana Innovation Hub, le Citizen Entrepreneurship Development Agency (Agence de développement de l'entrepreneuriat citoyen) ou la Local Enterprise Authority Botswana qui peuvent leur accorder beaucoup plus de temps.

 

Même si d'importantes marges de progression existent en matière d’amélioration de l’enseignement supérieure, Gaborone peut se targuer de posséder un vivier de talents et d’apprenants dans le domaine des Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques [ STEM : Science, Technology, Engineering & Mathematics ], un critère décisif dans la qualité du capital humain de départ lors du lancement d’une start-up. 

 

 

Startups à suivre de près :

 

MyFoodness : Site de commande et de livraison de repas

Jobcard : Plateforme de recrutement en ligne

 

 

 

Marrakech - Maroc

 

Marrakech s’affiche comme la troisième destination africaine pour l’accueil de congrès organisés par des associations internationales, avec 24 conventions d’affaires à son actif, derrière Cape Town (42 conventions d’affaires) et Kigali (26 conventions d’affaires) selon le dernier classement de l’International Congress and Convention Association (ICCA). Parallèlement, l’indice annuel " Mastercard Global Destination Cities " place la ville marocaine seconde position, derrière Johannesburg, en ce qui concerne le volume de visiteurs et de dépenses pour l’année 2017. Le tourisme d’affaires est un atout majeur pour Marrakech, avec des retombées commerciales directes sur l’activité des entreprises en phase de démarrage qui sont en quête d’une clientèle internationale. D’autant plus qu’un fort pourcentage de participants à des événements MICE [ Meetings Incentives Conventions & Events, NDLR ] prolongent systématiquement leur séjour, en raison de la richesse des paysages, le climat, l’offre hôtelière haut de gamme et l’aéroport de Menara vers lequel des compagnies aériennes proposent des vols directs au départ de Paris, Madrid, Barcelone, Amsterdam, Londres, Lisbonne, Milan, Istanbul etc...C’est dans ce contexte d’accélération de la mondialisation que des structures d’accompagnement et espaces de coworking ont vu le jour et misent sur les atouts de Marrakech pour accompagner les entrepreneurs dans leurs ambitions : Creative Lab, Emerging Business Factory, The Spot etc...

 

Startup à suivre de près :

 

EasyShair : Conception de logiciels commerciaux

 

 

 

Pretoria - Afrique du Sud

 

En 2018, Pretoria a été désigné, par le programme de recherche Metropolitan Policy Program [ émanant du think tank américain Brookings Institution, NDLR], comme la ville qui affiche la croissance économique la plus rapide en Afrique du Sud, au regard de la concentration géographique d'entreprises, d’industries, de capital humain, d’ infrastructures, d’ activités financières et d’institutions tous interconnectés, qui agissent ensemble de manière concertée et évolutive pour assurer le développement de la ville. À la fois capitale administrative de la nation arc-en-ciel et véritable pôle industriel œuvrant dans des secteurs clés ( automobile, ferroviaire, fonderie de cuivre etc ...), Pretoria encourage et soutient également l’entrepreneuriat via ses établissements universitaires (University of Pretoria Business Incubator, TuksNovation). D’autres structures, comme Wired In, mLab Southern Africa ou Pretoria Black Umbrellas incubator, assurent, en outre, des services d'accompagnement aux projets de création ou de développement de startups.

 

 

Startups à suivre de près :

 

Telkom SA SOC Ltd : Entreprise de télécommunications (téléphonie mobile)

 

Pulego Technologies : Conception de logiciels 

 

 

Alexandrie - Égypte

Le Caire a été longtemps considéré comme le centre de gravité de l’écosystème entrepreneurial égyptien. Mais Alexandrie, devenu un véritable foyer de jeunes pousses technologiques, n’a plus rien envier à l'autre mégapole. C’est en 2016 que la deuxième ville d’Egypte a vu naître son premier réseau de business angels, Alexandria Angels et son incubateur IceAlex., des structures qui prouvent, entre autres, la vitalité de la ville.

Autre point fort, Alexandrie a été classée cinquième ville la plus la plus innovante en Afrique, selon l’ Innovation Cities Index 2018 publié par le groupe australien de consulting 2thinknow, juste après Cape Town, Le Caire, Johannesburg et, Durban, signe que les avancées technologiques battent leur plein, que le nombre de brevets déposés y est important et le taux de pénétration des smartphones y est élevé.Tout comme le RiseUp Summit au Caire, Alexandrie peut se targuer d’avoir également son « Techne Summit », dont la prochaine édition se déroulera les 28, 29 et 30 Septembre 2019.

 

 

Startup à suivre de près :

 

Elroshetta : Application de livraison de médicaments, 

Markoub : Site de réservation et d'achat de billet d'autocar 

 

 

 

Rabat - Maroc

 

 

« Rabat, c'est le juste équilibre entre une ambiance citadine et une vie plus calme » s’accordent à dire, avec des formulations plus ou moins identiques, un bon nombre d’aspirants entrepreneurs qui ont eu l’occasion de comparer les principales villes marocaines. La capitale administrative regroupe tous les atouts d’attractivité de métropoles comme Casablanca ou Marrakech, mais avec une tranquillité et une qualité de vie bien supérieure , que des patrons de start-up ne pourraient retrouver nulle part ailleurs dans le royaume chérifien. Pas étonnant que l’enquête internationale Mercer 2019 sur la qualité de la vie classe Rabat en sixième position après Port-Louis , Durban, Cape Town, Johannesburg et Tunis.

Côté incubateurs et espaces de coworking, la ville est plutôt bien dotée avec Dare Inc., Secteur 21, Techverse ou 7AY Coworking qui accompagnent les startups dans leur développement. Elle s'appuie sur ses laboratoires de recherchetels que SMARTiLab MAScIR (Moroccan Foundation for Advanced Science, Innovation and Research), Université Mohammed V) qui dynamisent l’écosystème d’innovation.

 

 

Startups à suivre de près :

 

Bassite : solutions intégrant l’interaction conversationnelle entre le client et la marque;

Smart on : Plateforme de gestion et d’analyse des objets connectés

 

 

 

Kigali - Rwanda

 

Il va sans dire que Kigali soit considéré l'un des meilleurs spots de la création d’entreprise est une destination de choix pour les jeunes pousses en Afrique. KLab (Knowledge Laboratory) incarne à lui seul l’esprit start-up. Erigé en symbole de la renaissance rwandaise, cet incubateur, via le partage de connaissances, d’expériences & d’expertises, l’organisation de rencontres avec des investisseurs et ses espaces de travail, a vu naître de nombreux projets de qualité, dont certains se sont transformés en success stories : Mergims, GiraICT, AC Group etc... KLab, ainsi que la fondation suedoise Norrsken, Entreprenarium, Impact Hub Kigali et "The Office" maillent l’ensemble du territoire urbain de Kigali, en ce qui concerne l’accompagnement à la création d’entreprise et quelques établissements d’enseignement supérieur, dont l'African Leadership University de Kigali, ont développer un cursus destiné à maîtriser tous les aspects du métier de chef d’entreprise.

 

Par ailleurs, le déploiement du réseau très haut débit par la fibre optique a permis d’offrir aux porteurs de projet, et spécifiquement à ceux qui sont fortement dépendants du secteur d’activité des TIC au sein duquel ils évoluent un meilleur confort de travail. Les autorités rwandaises ont fait du numérique et des nouvelles technologies des composants essentiels de leurs politiques de développement . elles ont lancé un projet de création d’un pôle d’innovation. Cette mégazone , nommée " Kigali Innovation City " (KIC), se trouvera à une dizaine de kilomètres de la capitale. Outre le fait de vouloir créer un véritable moteur économique, cette plateforme intégrerait en son sein un centre de recherche en sciences quantiques dénommé " Quantum Leap Africa " , une antenne de l’université américaine Carnegie Mellon, les grandes entreprises technologiques, une structure d'accompagnement pour les start-up et d’autres entreprises qui opèrent dans la Tech. Une initiative qui entend faire de la ville l’égale d’autres métropoles émergentes, notamment, Cape Town ou Johannesburg, voire viser une position de leadership en matière d'innovation et entrepreneuriat, et qui compte faire émerger d’autres secteurs d’avenir comme la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle, l’analyse des données ou l’internet des objets.

 

 

Startups à suivre de près :

 

Carisoko : Site d'annonces dédiées aux vehicules,

SafeMotos : Application pour la sécurité du transport de moto .

Kasha : Plateforme e-commerce spécialisée dans les produits de santé.

 

 

 

Tunis - Tunisie

 

 

Tunis a su s’imposer dans le monde des startups et de l’innovation et dispose d’un vivier de de très hautes compétences. D’une manière générale, la Tunisie a atteint la seconde position des économies les plus innovantes en Afrique, selon le Bloomberg Innovation Index qui élabore son classement en fonction du nombre de brevets déposés dans l'année de la concentration de chercheurs ou l'intensité en recherche et développement (R&D). La ville se démarque surtout en termes de qualité au sujet de ses incubateurs : Esprit Incubator, Flat6Labs Tunis,  B@Labs, Smart 216, Essect Ensit Business Incubator (E²BI) etc...

Le parlement tunisien a récemment ouvert aux petites entreprises de nouvelles possibilités de trouver des investisseurs en supprimant des obstacles. Fruit d'une concertation ayant nécessité plusieurs rencontres entre les pouvoirs publics et les parties prenantes l’écosystème entrepreneurial, le Startup Act votée le 2 Avril 2019, permettent aux start-up et autres entreprises d’obtenir un prestigieux label, un gage de qualité qui amplifie leur visibilité et renforce leur crédibilité auprès des investisseurs, dans le cadre de levée de fonds. Parmi les autres dispositions du texte, figurent la prise en charge par l’état de l’impôt sur les sociétés et des frais d'enregistrement des brevets, l’ouverture d'un compte en devises et le congé pour création de start-up l’octroi d’ allocations d’un montant variant entre 1 000 et 5 000 dinars par mois pendant une année, tout donnant la possibilité aux bénéficiaires de réintégrer leur ancien entreprise en cas d’échec et conserver ainsi leur statut de salarié. Du côté des investisseurs, les déductions fiscales qui leur seront octroyées, à travers le Startup Act, favoriseront à coup sur l’émergence de plusieurs réseaux de business angels qui s’ajouteront à ceux déjà existants, dont Carthage Business Angels.

 

Startups à suivre de près :

 

InstaDeep : start-up spécialisée dans l'intelligence artificielle

Alz-e : Application mobile destinée aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer 

Black Dune Studio : Solutions en réalité virtuelle & augmentée

Logis Technologies : solution digitale destinée aux professionnels de l’immobilier.

Datavora : Outil en ligne d'optimisation de gestion commerciale, 

HawKar : voiture électrique pour personnes à mobilité réduite

 

 

 

Durban - Afrique du Sud

 

Réputée pour son imposant port et ses plages, Durban veut rattraper son retard sur Cape Town en mettant sur pied Silicon Durbs, déjà forte de près de 250 membres calquée sur le modèle de Silicon Cape — créée en Mai 2018 à l'initiative de Lindani Mkhize — où vont se côtoyer patrons de start-up technologiques, innovateurs, ingénieurs et chercheurs. Un défi qui s’annonce titanesque dans la mesure où les choix des startuppers sud-africains se portent prioritairement sur Cape Town ou Johannesburg pour lancer leur activité. D’une manière générale, la vitalité entrepreneuriale est bien perceptible dans la ville, avec un centre de gravité qui se situe dans le quartier de Station Drive Precinct, où opère The Big Box Co., un incubateur qui accompagne de start-up dans les townships. Sans oublier Bizfarm, SmartXchange et InvoTech, des acteurs majeurs dans l’écosystème entrepreneurial local, qui interviennent dans tout Durban.

 « Durban ambitionne de rivaliser avec Cape Town et Johannesburg en tant que hub des start-up sud-africaines [ ... ] » .

 

 

Startups à suivre de près :

 

Zapper South AfricaApplication de paiement mobile

Finfind : Plateforme d'accès aux investisseurs

Spazapp : Application e-commerce

 

Lagos - Nigeria

 

 

L’accès à cette mégapole représentant un marché de près 20 millions de consommateurs a de quoi faire miroiter tous les entrepreneurs et les self-made-men de la planète ! Avec 6 800 HNWIs ( High Net Worth Individuals : personne fortunée disposant d’actifs égaux ou supérieurs à 1 million de dollars ) et 360 mufti-millionnaires recensés en 2016 selon l’ Africa Wealth Report 2017, on y a vu fleurir des mini-empires que ce soit dans l’immobilier & le ciment (Aliko Dangote) , les telecoms ( Mike Adenuga) la finance (Tony Elumelu, Jim Ovi, Herbert Wigwe ), l’agriculture & l’industrie (Abdul Samad Rabiu). Avec aussi, à leur tête, des trentenaires ou des quadras qui s’inspirent de ce qui se fait de mieux à l’étranger en matière de numérique et de TIC : Mark Essien, fondateur de Hotels.ng, Obi Ozor, co-fondateur de Kobo360, Razaq Ahmed & Edward Popoola, co-fondateurs de CowryWise (secteur de la fintech) etc... Pour leur implantation, les nouvelles start-up se ruent vers Yaba, dans la banlieue de Lagos, devenu l'emblème de l'écosystème numérique de la ville, d’où son appellation de " Yabacon Valley ", évoquant, toute proportion gardée, la non moins célèbre Silicon Valley en Californie. Autre signe de l’attractivité et du bouillonnement autour des nouvelles technologies dans la ville de Lagos : le géant d’Internet Facebook y a ouvert un accélérateur de startup, NG_Hub. Un atout de taille qui mérite aussi d’être relevé à l’échelle du pays : les start-up technologiques sont boostées par le très grand nombre d’utilisateurs Internet , soit 119,506,430 internautes nigérians au 30 Juin 2019, selon Internet World Stats, des chiffres très largement supérieurs à ceux de la France, évalués à 60,421,689 utilisateurs web à la même période !

La réussite et le succès prennent tout leur sens à Lagos, surtout lorsque l’on considère que les pénuries chroniques d'électricité et le contexte sécuritaire très fragile sont susceptibles de mettre un frein aux ambitions entrepreneuriales des personnes les plus téméraires. Mais force est de constater que le nombre d’exemples de success stories de start-up est beaucoup plus spectaculaire dans la sphère anglophone, dont fait partie le Nigeria, que dans les pays d’Afrique francophone.

 

Roberta Nouboue, directrice de Madingwa Real Estate, une agence immobilière située dans le quartier de Victoria Island et positionnée sur le créneau du haut de gamme, nous fait partager son expérience de chef d'entreprise et apporte son éclairage sur l'aspect " business-friendly " de la ville.

 

« Depuis sa création, Madingwa Real Estate se porte bien. 2019 a été une année riche en croissance et diversification de notre clientèle et de nos activités notamment avec le lancement de Madingwa Stay , une société de gestion des locations saisonnières. Nous avons désormais élargi notre clientèle aux membres de la diaspora en Europe et en Amérique. [ ... ]. Le pays a traversé une récession qui laisse toujours quelques séquelles, même si les Nigérians sont des battants cela s’est fait ressentir notamment dans le secteur de l’immobilier. Les périodes de récession sont idéales pour les jeunes entreprises comme la notre; cela nous a forcé dès nos débuts à être très pragmatiques [ ... ] » .

 

La métropole nigériane possède de nombreux autres atouts économiques, en particulier dans les secteurs automobile et du luxe de plus en plus tirés par les consommateurs issus de la classe moyenne.

 

 

Article connexe : Voyage d'affaires à Lagos : Guide pratique | Nigeria

 

 

Nairobi - Kenya

 

Nairobi est devenu le fer de lance de l’innovation kényane et ambitionne d’être le phare africain de l’innovation technologique. La ville a fait émerger le service de paiement mobile M-Pesa et bien d’autres start-up parmi les plus avant-gardistes du continent., ce qui a valu à tout le Kenya le surnom de "Silicon Savannah". Nombreux sont les Géants du net - Google, Microsoft , Facebook, Huawei - qui ont choisi Nairobi comme siège régionale, pour l’ingéniosité et la créativité des innovateurs locaux. Les incubateurs, accélérateurs, espaces de coworking et autres lieux dédiés à l’innovation et l’entrepreneuriat - iHub, Nairobi Garage, Nailab, Gear Box sont un signe fort de l’attractivité croissante de la métropole kenyane .

 

 

Lire aussi : Voyage d'affaires à Nairobi : Guide pratique | Kenya

 

 

La capitale bénéficie également d’atouts avec son centre de recherche l’IBM Research–Africa situé à l’Université Catholique de Nairobis et les quatre laboratoires hébergés au sein de l’Université Strathmore de Nairobi qui dispense parallèlement des formations à la création d’entreprise.

 

La création d’une nouvelle zone de développement des hautes technologies, Konza Technology City, calqué sur le modèle de la Silicon Valley, en construction depuis 2013 à une soixantaine de kilomètres de Nairobi, illustre l’importance donnée par les autorités à poursuivre le développement de la ville à travers l’innovation.

 

 

Startups à suivre de près :

 

BitPesa : Plateforme de paiement basée sur la Blockchain

Apollo Agriculture : Prestations de conseil en agriculture

Alternative Circle : Plateforme FinTech spécialisée dans les crédits

Carepay: Solution de paiement dédiée au secteur de la santé

Blue Wave : Produits de micro-assurance

Pezesha : Platforme de micro-crédit,

UTU Technologies : solutions d'infrastructures de confiance 

 

 

Casablanca - Maroc