Comment Incub' Ivoir fabrique les start-up innovantes ivoiriennes

© CEO Afrique 2019 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page

Comment Incub' Ivoir fabrique les start-up innovantes qui feront l'économie ivoirienne de demain

Portée par la fièvre entrepreneuriale et la dynamique de l’investissement en Côte d’Ivoire, la structure d’appui Incub’Ivoir ambitionne de devenir la tête de pont des start-up innovantes ivoiriennes. Zoom au cœur d’une " machine " qui façonne les pépites africaines de demain.

(Source Forbes Afrique)

 

 

« Deloitte, AfricInvest, Bond'innov, Makesense, Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) .... »; Tous ces noms prestigieux - ou unanimement reconnus par leurs pairs pour leur expertise - cités et mentionnés comme partenaires d’Incub’Ivoir dans le dossier presse lors de la deuxième édition de la caravane «Environnement Startups » qui s'est tenue le 28 juin 2018 à l'Ambassade de la Côte d'Ivoire à Paris, en disent long sur le chemin parcouru de cette structure d’accompagnement aux entreprises en si peu de temps, soit en deux ans d’existence ! Incub’Ivoir, ayant établi ses quartiers à Treichville à Abidjan, semble prendre de plus en plus d'importance dans l’écosystème entrepreneurial et numérique local à une allure hallucinante, semblable à celle de l’économie ivoirienne qui retrouve des couleurs depuis le retour de la paix civile.

 

À la recherche d’ entrepreneurs de talent et de start-up ivoiriennes à fort potentiel de croissance

 

Incub’Ivoir, c’est d’abord 97 dossiers de candidature de l’appel à projets «Environnement Startup» en 2017 , déposés par de jeunes patrons exerçant dans l’Agrobusiness, les TIC, l'économie solidaire et le développement durable qui cherchent à développer leurs compétences entrepreneuriales, acquérir une expertise technique, tester leur idée de création à grande échelle, se développer à l’international ou lever des fonds. Cet engouement s’est révélé au delà des attentes, ce qui a amené les organisateurs à lancer une second édition en 2018 en élargissant le champ d’action de l’évènement aux villes de Danané (phase de présélection du 22 au 24 février 2018 ) Bouaké (11 & 12 avril 2018) , Bondoukou

( 22 & 23 Juin), Paris (28 & 29 Juin 2018), Grand-Bassam (3 & 4 Juillet 2018 et Korhogo (18 & 19 juillet). L’épreuve finale se tiendra sur une durée de quatre jours, du 13 au 17 Octobre 2018 à Yamoussoukro, capitale administrative de la Côte d’Ivoire et départagera une soixantaine de projets présélectionnés auparavant dans chacune des villes-étapes.

 

« Nous avons décidé de sillonner les grandes villes de la Côte d’ivoire pour sourcer des porteurs de projet », explique le chargé de mission d’Incub’Ivoir Guy Roland Kake, lors de la 3e étape de ce périple dans la ville de Bondoukou, témoignant ainsi de la vitalité entrepreneuriale dans l’arrière-pays.

 

Hermann Christian Kouassi, co-fondateur et CEO d’Incub’Ivoir justifie le choix de Paris, seule ville non-ivoirienne inscrite dans l’itinéraire de la caravane nationale d'appels à projets :

 

« La genèse du projet Incub’Ivoir a pris sa source dans la diaspora ivoirienne de France avec le RIDD, le Réseau Ivoirien des Diplômés de la Diaspora, au sein duquel de nombreux porteurs de projet souhaitaient rentrer au pays pour monter leur propre boite, mais ne savaient pas comment s’y prendre et sollicitaient nos services pour mieux structurer leur idée entrepreneuriale » se rappelle cet analyste financier de formation.

 

Mais force est de constater que les porteurs de projet issus de la diaspora ivoirienne, restés trop longtemps éloignés de leur pays d’origine peuvent avoir le sentiment d’être en décalage avec la réalité du terrain.

 

« Identifier et choisir un partenaire local est une étape-clé avant de rentrer au pays en vue de démarrer son business » souligne Fortuné Ahoulouma, avocat associé chez LABS-NS. « L’entrepreneur doit intégrer l’étude de faisabilité juridique dans la concrétisation de son projet et se demander s’il lui appartient de se conformer à une réglementation spécifique en vigueur en Côte d’Ivoire dans le cadre de ses (futures) activités » ajoute t-il.

 

 

Article connexe : Comment ouvrir le capital de start-up à des investisseurs sans perdre le pouvoir ?

 

 

Une sélection draconienne des projets, gage de qualité

 

 

                             Hermann Christian Kouassi, co-fondateur & CEO d’Incub’Ivoir

 

Un comité représenté par des membres d’Incub’Ivoir et ses partenaires invite les porteurs de projet domiciliés dans chacune des villes-étapes à faire un pitch de leur projet d’une dizaine de minutes de présentation et de questions-réponses. L’année dernière, 5 porteurs de projets ont été retenus, auxquels s’ajoutent 3 autres entrepreneurs qui n’ont pas fait l’objet de phases de présélection, soit un total de 8 projets incubés en 2017.

 

« Les candidats doivent avoir réalisé une étude de marché et proposer un produit ou un service MVP (Minimum Viable Product) qui répondent déjà au problème principal du client » prévient Hermann Christian Kouassi, guidé par l'obsession d'une qualité sans faille des projets entrepreneuriaux et leur viabilité économique.

 

Durant l’escale de Paris effectuée par la « Caravane » les 28 et 29 Juin 2018, le comité d’organisation a eu l’occasion d’auditionner quelques porteurs de projet au sein de l’ambassade de Côte d’Ivoire, parmi lesquels Jean-Philippe Akpoue, directeur chez Tootree, un réseau social dédié à l’enseignement et Lionel Menzan, co-fondateur de Wizodia, une plateforme en ligne qui permet de suivre à distance les travaux de son chantier en Afrique.

 

Lire aussi : Top 10 des start-up ivoiriennes à suivre (de près en 2019)

 

 

Les questions qui leur ont été posées lors du Pitch laissent présager que le jury portera également une attention particulière à l’expérience et la solidité de l’équipe managériale au sein de chaque projet, à l’expertise technique en lien avec le cœur du métier et les projections financières. Tout comme l’année dernière, 5 lauréats intégreront le programme d’incubation la rentrée prochaine à l’issue de la finale qui se déroulera du 13 au 17 Octobre 2018 à Yamoussoukro.

 

Faire grandir et mûrir les projets incubés

 

Des intervenants, issus en grande partie du monde professionnel, viennent dispenser des cours autour du management, de l’organisation, de la stratégie d’entreprise, la gestion des équipes, de l’élaboration d’un business plan ou de l’étude de marché.

 

« L’année dernière, des ateliers ont été scindés en deux groupes : d’un coté, des porteurs de projets dotés d’ un degré de maturité avancé; les autres bénéficiant de cours à l’entrepreneuriat » précise Nadia Lamarkbi, co-fondatrice d’Accee's Coaching, partenaire d’affaires d’Incub’Ivoir. Même son de cloche du côté du pharmacien Patrick Yapi, fondateur de Sphène Laboratoires spécialisé dans la transformation d’huile de cacao, attestant que son projet « a bénéficié de nombreux coachings permettant de dépasser le stage du prototypage ».

 

Pour sa part, le cabinet international d’audit & de conseils Deloitte apporte une contribution significative dans l’accompagnement des projets à caractère économique et sociale hébergés au sein d’Incub’Ivoir, au travers de sa Fondation d'entreprise du même nom.

 

« La fondation Deloitte réalise du mécénat de compétences. Nous ne nous substituons pas aux entrepreneurs et il ne s'agit en aucun cas pour nous de leur apporter des solutions sur mesure sur un plateau d’argent. Il importe surtout de proposer des pistes de réflexion et d'action capables de développer au mieux leur activité » nuance Agathe Viano, consultante en Analytics & Information Management chez Deloitte.

 

Incub’Invoir, un mode d’accès privilégié aux investisseurs

 

L’accélération du processus de la levée de fonds marque sans aucun doute le point d’orgue du programme d’incubation des jeunes pousses ivoiriennes. Le fait que des start-up soient sélectionnées par Incub’Ivoir peut être perçu comme un gage de crédibilité supplémentaire auprès de futurs investisseurs et confère une sorte de légitimité au niveau commercial. La présence de Hugues Vincent-Genod au sein de l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris, lors de la deuxième étape de la Caravane nationale d’appels à projets, n’est pas le simple fait du hasard.Ce Chargé d'Investissement en poste chez le fonds panafricain I&P (Investisseurs & Partenaires) a compris l’intérêt de collaborer étroitement avec cette structure d’appui garantissant à coup sûr un flux de projets qualifiés arrivés à maturité, eu égard aux expertises et compétences acquises pendant la période d’incubation et une parfaite connaissance du marché ciblé. Il en a profité pour présenter ses activités au cours de cet appel à projets.

 

« Nous investissons généralement dans des PME qui ont des besoins divers, allant de 20.000 euros dédiées aux start-up pures jusqu’à 3.000.000 d’euros. Nous avons décidé accroître notre implication en Côte d’Ivoire parce que nous croyons beaucoup au potentiel de ce pays. Nous avons spécialement créé un fonds d’investissement baptisé " Comoe Capital " pour les projets entrepreneuriaux ivoiriens » s’est réjouit le représentant d’I&P. Issa Sidibe, responsable local de ce nouveau fonds, abonde dans ce sens, déclarant que « le travail en amont d’Incub’Ivoir facilite la mission qui incombe à Comoe Capital, car les entrepreneurs sont mieux préparés dans la structuration de leur projet ».

 

 

Lire aussi : ces entrepreneurs qui ont réussi à lever des fonds

 

 

Le développement à l’international, une condition sine qua non du succès

 

Les cinq start-up issues de la première promotion de 2017 - Zeinapi, Easy, Africa Technology Solution (ATS) et Keiwa - participeront à Africa Tech Now 2019 qui se tiendra du 9 au 12 janvier 2019 à Las Vegas aux Etats Unis. Toutefois, le CEO d’ Incub’Ivoir Hermann Christian Kouassi s’évertue à donner aux entreprises incubées une dimension internationale beaucoup plus poussée et cherche actuellement à concrétiser des projets de partenariats avec des médias qui offrent une exposition médiatique importante sur tout le continent africain, voire au delà.

 

« Nous souhaitons nouer des partenariats avec des médias aussi bien francophone qu’anglophone, implantés par exemple au Nigeria, au Kenya ou en Afrique du Sud, ce qui donnerait l’occasion à chaque entrepreneur incubé se faire connaître dans des pays dotés de classes moyennes importantes et de gagner des parts de marché substantielles » concède ce boulimique de travail qui caresse l’idée de faire passer les projets incubés de la taille d’une start-up à celle d’une PME en hypercroissance.

 

Dans le cadre de l’appel à projets programmé à Paris, la journée du vendredi 29 Juin 2018 s’est achevée par une visite de travail à la Station F, le plus grand campus de start-up au monde initié par Xavier Niel, fondateur de l’opérateur de téléphonie mobile et fournisseur d’accès à Internet Free. Une démarche que les observateurs aguerris pourraient interpréter comme la volonté d’Hermann Christian Kouassi de faire d’Incub’Ivoir l’une des structures d’accompagnement les plus dynamiques d’Afrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : 

 

journal des startups africaines , journal des entrepreneurs africains

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Article à l'affiche

Palmarès des meilleures 25 villes d'Afrique où il fait bon de lancer sa start-up

July 25, 2019

1/1
Please reload

Articles Récents
Please reload

4 Décembre 2019 , Pavillon d’Armenonville - Paris, France