Devenir Business Angel : comment investir dans une PME ou une start-up

© CEO Afrique 2019 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page

Devenir Business Angel : comment investir dans une PME ou une start-up ?

Utiliser son patrimoine pour soutenir des projets à fort potentiel de croissance: telle est l’activité de business angel. Ce métier n’est pas l’apanage d’une élite. Le vrai défi n'est pas seulement financier, mais consiste à maîtriser toutes les ficelles du métier de telle sorte à récupérer sa mise de départ initiale et percevoir des dividendes et/ou ou plus-values substantielles. Décryptage sur la manière dont opèrent ces « anges » dans le paysage du capital-investissement.

 

 

 

Quoi de plus valorisant que de se transformer en un véritable acteur du développement économique en injectant de l’argent dans l’écosystème de son pays ? Les opportunités d’investissement qui s'offrent à l’ensemble des États d'Afrique — La fintech, la téléphonie mobile, les logements, les infrastructures urbaines, l’énergie solaire, l'agrobusiness, les secteur de la santé & l’éducation — et le dynamisme des économies sur le continent souligné dans le rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) ont contribué en grande partie à l’émergence de réseaux de business angels ou d’anges financiers : Lagos Angel Network (Nigeria), Viktoria Ventures (Kenya), Accra Angels Network (Ghana) etc ... 

 

 

« La Blockchain est un secteur porteur de changement en Afrique »  précise dans nos colonnes Julien Achille Agbe, fondateur & CEO d’ EIC Corporation, une structure regroupant des clubs d'investissement à l’échelon panafricain. 

 

 

 Article connexe : Cryptomonnaie en Afrique : effet de mode ou véritable révolution financière

 

 

Le rôle des business angels est d’injecter des fonds dans le capital des start-up à fort potentiel de croissance dans l’optique de dégager des gains substantiels.et accélérer ainsi la révolution entrepreneuriale déjà enclenchée.

Ces anges financiers ont une forte implication dans les tours de table des PME et start-up africaines. Au total, 124 entreprises ont été accompagnées et financées pour une valeur totale de 560 Millions de dollars US au cours de l’année 2017, soit une progression de 53 % par rapport à l’année précédente , selon une étude de l’investisseur Partech Ventures. 

 

« Le métier d'investisseur providentiel n'est pas seulement devenu une activité tendance et hautement rémunératrice; il constitue aussi un puissant moteur de croissance de l'économie nationale, et un générateur d'emplois  et d'innovations ».

 

CEO Afrique s’est penché sur le mode de fonctionnement des business angels, entre autres, à travers l’exemple de l' homme d’affaires ivoirien Firmin Kouadio, membre du conseil d'administration d' EIC Corporation, fort de son expérience acquise sur le terrain, et en a retiré 12 règles essentielles à appliquer avant d’investir dans des jeunes pousses prometteuses : 

 

Mettre à profit son expérience entrepreneuriale ou ses compétences managériales

 

Les meilleurs anges financiers sont ceux qui ont su tirer des leçons de leurs propres expériences entrepreneuriales et acquérir une meilleure compréhension du monde des affaires, à l’instar de Firmin Kouadio, dirigeant d'entreprise exerçant

« dans la communication et la publicité depuis près de 12 ans ». 

 

L’idéal est de posséder un profil de chef d'entreprise ou de cadre supérieur, en activité ou retiré des affaires, possédant plusieurs années d'expérience professionnelle diversifiée, un atout qui confère une capacité à faire des choix judicieux en matière d’investissement, à prodiguer des précieux conseils aux fondateurs et mettre son réseau relationnel à contribution.

 

 « Concernant son top 5 des raisons pour lesquelles  il ferait enlever aux fondateurs d'une start-up son rôle de CEO, l'ange financier Paul Anson déclare : " S'ils ne peuvent pas être encadrés ou accompagnés, alors vous ne pouvez pas les garder au sein de la société. Nous comprenons tous que les personnes commettent des erreurs. Le fait de se tromprer n'est pas un crime. Ce qui est pire que tout, c'est que l'on vous apporte aides et conseils et que vous n'en teniez pas compte " ».

 

 

Les aspirants business angels, privilégiant la prudence dans leurs choix d’investissement, ne s’aventurent jamais en terrain inconnu : Pour minimiser les risques, ils ne retiennent que les start-up issues de secteurs d’activité dans lesquels ils ont travaillé ou passé le plus de temps. En faisant des affaires dans un domaine qu’ils maîtrisent parfaitement, les investisseurs cerneront avec exactitude la concurrence et les principales caractéristiques du marché sur lequel les fondateurs comptent se positionner et se feront une meilleure idée quant aux chances de succès de l’entreprise au sein de laquelle ils pourraient devenir actionnaires.

Dans le cas d'une entreprise qui se situe hors du champ d’expertise des apporteurs de capitaux, il est difficile pour eux d'évaluer avec précision les risques d’investissement. Toutefois, une exception à cette règle de présenter des profils de professionnels non familiers avec le secteur du métier est possible dans certaines conditions. Firmin Kouadio qui a investi dans Allomiam, une entreprise de restauration et Gabea, une PME spécialisée dans l’agriculture, témoigne : 


« [ .. ] J’ai injecté de l’argent dans des projets dont je ne maîtrisais aucunement la spécialité. Mais j'ai pu combler les lacunes existantes lors du processus de due diligence d’acquisition [ ... ] ».

 

Lire aussi : Due diligence : Comment maîtriser les risques liés à l'investissement ?

 

 

Faire de l’équipe de direction & gestion le véritable chef d’orchestre menant à la réussite du projet entrepreneurial

 

Les business angels se doivent d’analyser en profondeur le parcours académique des personnes-clés au sein de l’entreprise, ainsi que leurs expériences professionnelles, d’identifier leurs aptitudes et leurs traits de personnalité et de clarifier les compétences restant à acquérir. Il leur faudra également de déterminer si le profil des fondateurs et des managers est en adéquation avec les exigences et les spécificités du poste qu’ils occupent. 

 

« Pour l’essentiel, les critères que j'ai définis tournent autour de la personnalité et du profil de l’entrepreneur; mes associés et moi-même misons sur une équipe et non un individu » abonde dans ce sens l’homme d’affaires Firmin Kouadio. 

 

Avant de s'engager véritablement dans une PME ou une start-up, les investisseurs se posent des questions sur le style de management qui est appliqué :

 

Les dirigeants privilégient-ils le dialogue et le compromis dans les relations professionnelles ?  Aspirent-ils plutôt à un " management à l’émotion et l’improvisation " ? Accordent-ils uniquement de l’importance à la culture du résultat ? Sont-ils orientés vers le travail d’équipe ?

 

D'une manière générale, les business angels cherchent à déterminer si les managers ont tendance à déléguer certaines de leurs taches à leurs collaborateurs ou si le style de management mis en place est totalement centralisé et

" paternaliste ". Pour obtenir ces renseignements,  ils n'hésitent pas à scruter les réseaux sociaux tels que Twitter, LinkedIn ou Facebook, car ces informations ne sont forcément mentionnées dans la presse traditionnelle. Toutefois la méthode la plus simple consite à multiplier les entrevues avec les fondateurs et passer un maximum de temps à leurs côtés pour connaitre véritablement leur degré d'implication et d’engagement dans projet . 

 

Faire preuve d'une extrême patience pendant la période d'investissement

 

La meilleure solution pour obtenir un retour sur investissement important est de revendre quelques années plus tard les parts détenues au sein de l'entreprise. La durée de ce retour sur investissement varie selon l'activité. Toutefois, le temps nécessaire pour récupérer sa mise de départ et toucher de confortables plus-values est en moyenne de 3 à 5 ans, voire 7 ans. Pour bien évaluer le temps que cela pourrait prendre, les investisseurs voudront comprendre la stratégie de sortie, c’est-à-dire le moment où ils souhaitent vendre leurs parts, libérer et reprendre leur contrepartie financière. Ils se demanderont donc si les fondateurs envisagent de céder leur affaire à une plus grosse société ou la faire entrer en Bourse, par exemple à la BRVM ( Bourse Régionale des Valeurs Mobilières) ou au NSE ( Nigerian Stock Exchange). A ces égards, Ils n'hésiteront pas à négocier auprès de l'équipe fondatrice une clause stipulant le droit de mettre prioritairement en vente leurs parts à l’issue d’un certain délai. 

 

Adhérer à un réseau d’anges financiers

 

Intégrer un réseau de business angels fait gagner du temps et minimiser les risques d’erreur de jugement sur des dossiers de projets déposés par des entrepreneurs.

 

Lire aussi : 14 réseaux de business angels pour financer votre start-up en Afrique

 

 

Collaborer avec d’autres partenaires financiers leur donne l’occasion d’unir leurs compétences et expertises pour atteindre une taille critique et mettre leurs moyens en commun en vue de soutenir soit des plans d’affaires plus ambitieux, assortis d’un retour sur investissement très élevé, ou pour investir dans un plus grand nombre de startups, leur permettant par la même occasion de rompre la solitude. Ils pourront ainsi travailler en synergie et complémentarité avec d’autres investisseurs.

 

« [ ... ] Le choix des dossiers obéit à un processus strict. Plusieurs tamisages se font en amont ; il y a d'abord la phase de sélection et d’instruction par le réseau IBAN, " Ivoire Business Angels Network " [ réseau de business angels fondé par Suzanne Abrogoua, NDLR ], assure Firmin Kouadio. S’ensuit la présentation des porteurs de projet via un pitch » .

 

 

Lire aussi : Start-up : comment réussir son pitch devant des investisseurs

 

 

Au-delà de l’échange d’expériences, l’adhésion à un réseau donne la possibilité de trouver en permanence de nouveaux projets à fort potentiel de croissance dans un contexte d’expansion de la classe moyenne dans la majorité des pays africains. 

 

Privilégier la proximité géographique

 

L'une des préoccupations des business angels est identifier et approcher des start-up en toute simplicité. L’idéal pour eux est de s'engager financièrement dans des entreprises se trouvant à 1 heure ou une centaine de kilomètres de leur lieu de travail ou leur domicile en voiture. Une solution adoptée par Firmin Kouadio qui est actionnaire dans des entreprises basées à Abidjan, sa ville de résidence permanente. Cette proximité géographique l'aidera à entretenir des contacts fréquents avec les dirigeants des deux entreprises où il est actionnaire, particulièrement lorsque ces derniers éprouvent des difficultés.

 

Julien Achille Agbe, Fondateur d' EIC Corporation

Toutefois, la proximité géographique ne constitue plus un facteur-clé avec le temps. Indéniablement, les progrès technologiques permettent  aux apporteurs de capitaux d’opérer en dehors de leur rayon géographique. L’essor du trafic aérien dans le ciel africain, la multiplication de nouvelles compagnies aériennes et plus globalement l’accroissement de la mobilité géographique leur facilitent  leur prise de décision d’investir et d’aller rendre visite de manière ponctuelle aux fondateurs. D’autre part, l'éloignement géographique ne représente plus un obstacle, à partir du moment où les investisseurs privilégient davantage la proximité avec le secteur d'activité des porteur de projets ayant un vécu professionnel similaire au leur. La similitude des parcours professionnels servira de base à leurs futures relations d’affaires avec les entrepreneurs et deviennent leur principale source de motivation pour les rencontrer quel que soit le lieu de résidence. 

 

Il convient de noter que les membres de la diaspora africaine à travers le monde effectuent dans leur grande majorité des transferts d’argent à leur famille. Ces envois de fonds, dont la valeur totale est estimée à 40 milliards d’euros selon la Banque mondiale - rien que pour l’Afrique subsaharienne - sont destinés 

surtout à des dépenses de consommation courante. 

 

« Il s'agit d'une manne financière considérable. Elle pourrait servir en partie à financer des projets entrepreneuriaux en Afrique » explique le directeur général d'EIC Corporation, Julien Achille Agbe, qui caresse l'idée de faire la diaspora de potentiels investisseurs providentiels.

 

Identifier les start-up les plus prometteuses

 

Il existe une pléthore d'incubateurs, d'accélérateurs et d'espace de coworking sur le continent : La Fabrique ( Burkina Faso), Incub'Ivoir ( Côte d'Ivoire), ActivSpaces (Cameroun) KLab, (Rwanda) etc.. gage de projets innovants maturés. Les business angels ont tout intérêt à travailler en étroite collaboration avec ces structures d'accompagnement pour drainer des flux de dossiers hautement qualifiés. 

 

Article connexe : Top 10 des start-up ivoiriennes à suivre de près en 2019

 

 

En dehors des réseaux traditionnels, les anges financiers ont la possibilité de s' enregistrer en ligne sur des plateformes de mise en relation d'affaires comme 

" AngelList " ou " Angel Investment Network " afin de parcourir un nombre substantiel de projets déjà peaufinés au cas où ils éprouveraient des difficultés à trouver des opportunités d’investissement.

 

De plus, intégrer un jury dans un concours dédié à l’entrepreneuriat, à l'instar du

" Prix de l’innovation pour l’Afrique " (Innovation Prize for Africa), le

" Prix Anzisha " ou la " Tony Elumelu Foundation Entrepreneurship

Program " (TEEP) est un moyen efficace pour articiper à la phase finale de ce type de compétition et approcher les lauréats qui feront peut- être un jour l'économie africaine de demain.

 

« Bien qu'il existe de nombreux facteurs qui font d'une personne un ange financier à succès, il existe une vérité fondamentale selon laquelle vos chances de gagner de l'argent sont proches de zéro si vous n'avez pas accès à des offres de projets entrepreneuriaux qualifiés. [ ... ] »

 

 

Diversifier son portefeuille de start-up non cotées pour minimiser les risques

 

Selon l’adage populaire, les investisseurs évitent de " mettre tous leurs œufs dans le même panier " et diversifient leur portefeuille d'investissement. Ils injectent des fonds dans des jeunes pousses, tout en tenant compte du fait que des secteurs d’activité afficheront peut-être des performances moindres par rapport à d’autres. Pour équilibrer le risque et le rendement, ils choisissent une variété de 3 à 10 start-up au maximum, issues de divers secteurs et d’origine géographique différente (Côte d’Ivoire, Sénégal, Maroc, Gabon, Cameroun, Rwanda, Nigeria…), une manière judicieuse d’obtenir une excellente rentabilité tout en vous en se prémunissant contre la chute d'un autre secteur d’activité . Bien entendu, " diversifier " ne signifie pas " se disperser " tout azimut…

 

Se laisser tenter par des investissements dans une seule start-up est donc assez périlleux, car les risques de perte de ces sommes investies sont généralement très élevés. D’où l’importance pour les business angels de diversifier leurs placements et d’adopter un état d'esprit positif , au moment de " formaliser " cette prise de risque, qui les aide à se préparer psychologiquement, se forger un mental d’acier nécessaire et attendre le cas échéant le retour sur capitaux investis. 

 

Éviter les mouvements de masse

 

La plupart des start-up africaines se focalisent sur les TIC, un marché en plein essor qui a révolutionné de nombreuses industries, facilité de la vie quotidienne des Africains et permis un nombre très important de connexions mobiles.  Même si le risque de saturation de ce marché est faible pour le moment, il est préférable de ne pas suivre systématique les mouvements de masse d'investisseurs qui veulent, dans leur ensemble, se positionner dans ce secteur.

 

Article connexe : Innovation technologique : enjeux et défis pour les start-up africaines

 

 

À titre d'exemple, investir dans l’agro-business peut s’avérer être plus rentable que

dans le domaine du numérique. Malgré les nombreux défis à relever, les pays africains regorgent de potentialités de développement agricole plus importantes que dans le reste du monde et seraient en mesure d’assurer une sécurité alimentaire et financière pour sa population s’ils s’en donnent réellement les moyens. Parallèlement, les opportunités d’investissement dans un secteur délaissé tel que la santé sont immenses (cliniques, hôpitaux, médicaments…).

 

Puiser les sommes d'argent dans le surplus de son épargne

 

Dans un bon nombre de pays d'Afrique, les mises de fonds au démarrage de projets entrepreneuriaux peuvent être revues sensiblement à la baisse, car les apports de matériel ou locaux concourant à la concrétisation de l'idée sont moins coûteux et les tailles de ces projets sont relativement modestes, en comparaison à ceux se trouvant hors du continent. Les business angels utilisent uniquement leur argent disponible, non affecté à leurs dépenses du quotidien. 

 

Scruter le modèle économique établi par les fondateurs

 

Les investisseurs providentiels portent une attention particulière à la manière dont les startups ou PME répondent à un besoin réel et parviennent à monétiser leur activité. Ils analysent avec la plus grande attention les prix de vente qui rendront l’entreprise viable financièrement et qui feront dégager des bénéfices. Ce qui importe le plus à leurs yeux, ce sont des rentrées d'argent régulières. Ils demanderont aux fondateurs comment ils envisagent de gagner de l’agent avec leur projet, comment ils comptent faire payer leurs services à un prix raisonnable et fidéliser leur clientèle, s’ils disposent d’une masse critique d’utilisateurs actifs sur leur site web etc …

 

 « Votre client est le meilleur investisseur que vous ayez [ ... ] ».

 

 

Explorer scrupuleusement les données financières

 

Le fait d’établir des projections financières sur 3 ou 5 ans relève presque de l'impossible. Par contre, les membres de l’équipe fondatrice doivent être en mesure de présenter une feuille de route qui couvrent les premières années d'activité indiquant la direction à prendre afin de rendre l’entreprise rentable dans un délai raisonnable.

 

Article connexe : Les 10 secrets d'un business plan réussi pour convaincre des investisseurs

 

 

Les business angels leur demanderont si leur investissement va suffire à couvrir les besoins de l’entreprise avant que celle-ci ne dégage réellement des bénéfices. Ils analyseront le temps que la start-up ou la PME mettront à épuiser les ressources financières pendant qu’elles enregistreront des pertes et s'assureront du meilleur usage possible des fonds alloués, ce qui leur permettra de décrypter la vision des porteurs de projet concernant le recrutement des collaborateurs, la part des investissements en communication, marketing et publicité, les plans de développement à l'international ou le niveau de dépenses de recherche et développement. Un autre point important susceptible de faire l'objet d'une attention particulière est la grille des salaires du personnel et les rémunérations que les fondateurs comptent s’octroyer. 

 

Se familiariser avec les documents juridiques

 

Les anges financiers examineront de manière approfondie les documents juridiques se rapportant à l’entreprise en phase de démarrage, tels que les statuts et amendements, les procès-verbaux, le pacte d’actionnaire, la convention d’investissement, la lettre d’intention ou les engagements de confidentialité

 

Lire aussi : Entrée de nouveaux investisseurs au capital de son entreprise : comment gérer

 

 

Cette phase leur permet d’identifier les organes de pouvoir et de prise de décision, de mieux cerner les rôles et les responsabilités du personnel , de comprendre comment sont organisées les relations entre les détenteurs du capital et de s'assurer que le pourcentage du capital détenu au sein de l'entreprise corresponde au centime près aux sommes d'argent investies. 

 

 

Sur la même thématique : 

 

Ivoire Business Angel veut donner des ailes aux start-up ivoiriennes

 

A la recherche des business angels d'Afrique francophone

 

INFOS PRATIQUES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Basé à Abidjan et fondé par Julien Achille Agbe en 2014, " EIC Corporation " est un réseau panafricain qui s’est imposé comme un pionnier en matière d’investissement individuel en Côte d’Ivoire et dispense chaque année des sessions de formation de business angel à toute personne désireuse d'investir leur argent dans des jeunes entreprises innovantes prometteuses.

 

EIC Corporation

Eagle Investment Capital 

Cité Balcon 2 190A , Cocody Attoban, Rue Cavally

Abidjan, Côte d’Ivoire

 

Site web : https://eic-corporation.org/

Tel : (00225) 22 43 75 77

 

 

 Par Harley McKenson-Kenguéléwa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags : 

 

magazine des startups en Afrique , magazine des entrepreneurs en Afrique

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Article à l'affiche

Palmarès des meilleures 25 villes d'Afrique où il fait bon de lancer sa start-up

July 25, 2019

1/1
Please reload

Articles Récents
Please reload

4 , 5 et 6 Juin - Bordeaux, France