Top 10 des start-up ivoiriennes à suivre (de près) en 2019

© CEO Afrique 2019 - Tous droits réservés. Toute reproduction partielle ou intégrale des textes et/ou des documents, par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite, sauf autorisation écrite préalable de l’éditeur ou de l’auteur.

Maghreb / Afrique du Nord

Algérie

Afrique de l'Ouest

Gambie

Guinée Bissau

Libéria

Afrique centrale

Afrique de l'Est

Afrique australe / Océan Indien

Burundi

Sierra Léone

Nous contacter 

Restés connectés

  • CEO Afrique Facebook page
  • CEO Afrique Twitter page
  • CEO Afrique LinkedIn page
  • CEO Afrique Google + page
  • CEO Afrique Pinterest page
  • Profil Viadeo
  • YouTube page

Top 10 des start-up ivoiriennes à suivre (de près) en 2019

L’année 2018 est déjà derrière nous. 2019 démarre sur les chapeaux de roues pour les business angels en quête d’opportunités d’investissement à fort rendement. Ce moment de transition est l’occasion de faire un état des lieux des jeunes pousses ivoiriennes qui pourraient faire bouger les lignes d’ici peu. CEO Afrique vous dévoile sa liste

 

 

Les 10 start-up sélectionnées figureront peut-être un jour parmi les fleurons de l’économie africaine. Certes, le pays représenté, la Côte d’Ivoire, est petit par sa superficie, mais ambitionne de devenir un " géant " de par sa présence de plus en plus marquée sur la scène Tech continentale, dans l'optique de rejoindre ainsi le peloton de tête des pays que sont l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Nigeria et le Kenya. Le succès de jeunes sociétés comme ZenAPI , Qelasy ou Coliba reflète bien la dynamique technologique et entrepreneuriale opérée dans cet État d’Afrique de l’Ouest. Même s'il y existe encore une marge de progression importante, le rapport " Doing Business 2019 " de la Banque mondiale indique que « la Côte d’Ivoire figure parmi les 10 pays les plus réformateurs », notamment en matière de création d’entreprise, d’obtention des permis de construction et d’exécution des contrats, d’autant plus qu’elle a affiché l’un des taux de croissance les plus élevés, soit 7,6 % en 2017, selon cette institution financière. Une amélioration du climat des affaires qui a sans doute favorisé l’émergence de réseaux de business angels — EIC Coporation, Ivoire Angels — et incité plusieurs incubateurs, accélérateurs et espaces co-working internationaux — MEST, Impact Hub, ADEI Institute of Technology, Orange Corners — à installer prochainement des bureaux de représentation à Abidjan, en vue d’accompagner, financer et faire maturer les projets locaux les plus innovants ou à fort potentiel.

 

 

Lire aussi : Incubateurs et accélérateurs de start-up en Afrique
 

 

 

Dans ses vœux adressés en ligne à la communauté d’affaires, Hermann Christian Kouassi, CEO d’Incub’Ivoir, une structure d'accompagnement qui aide les start-up à grandir, a déclaré :

 

« En 2018, ça a été la tenue de plusieurs événements : " la Caravane d’appels à projets", les compétitions " Environnement Startup ", les concours internationaux pour faire rayonner l’écosystème entrepreneurial ivoirien. En 2019, nous voulons poursuivre ce pacte pour faire émerger les entrepreneurs africains de

demain [ ... ] ». 

 

Voici donc la sélection des 10 start-up ivoiriennes à suivre en 2019. Les critères retenus par CEO Afrique sont le potentiel de croissance immédiat et la dynamique d'équipe du projet entrepreneurial.

 

TOOTREE

Pour faire progresser les étudiants et les élèves dans leur apprentissage

 

L’idée de Tootree est d’instaurer une communauté d’entraide géante entre étudiants ou élèves. Plus concrètement, lorsqu’un étudiant poste une demande sur le fil d'actualité, par exemple des équations complexes à résoudre, des faits historiques méconnus à détailler, des notions de comptabilité à inculquer ou obtenir des informations sur un cours manqué, les membres qui auront coché l’une de ces compétences dans leur profil recevront de façon instantané une notification. Le site web a également intégré un système de notation et de commentaires entre utilisateurs.

 

« Si par exemple, 5000 personnes se sont inscrites dans un domaine précis sur notre réseau, il y aura forcément 2 personnes au minimum ayant des connaissances dans cette discipline qui prendront le temps de vous répondre » assure Jean Philippe Akpoue, gérant de la plateforme.

 

Il existe également un compte " professeur " qui présente l’avantage d’impliquer grandement les enseignants dans la gestion et la transmission des connaissances par correspondance, notamment pour des devoirs à rendre en classe.

 

Les raisons d’y croire :

 

L’existence de cet outil en ligne, qui offre la possibilité aux étudiants et élèves de partager mutuellement leurs connaissances, d’interagir ou d’échanger des conseils utiles pour la réussite de leurs examens, s’inscrit dans un contexte où l'esprit de compétition est encouragé dès le plus jeune âge, depuis le cycle scolaire jusqu’au grandes écoles d’ingénieurs et de commerce, avec la prise en compte de la problématique de l’absentéisme, aussi bien du côté des enseignants que celui des élèves, qui peut entraver cette quête de l’excellence et de la performance individuelle en classe.

D’autre part, le numérique est une réponse au défi de l’éducation et aux besoins colossaux en matière de formation dans chacun des 54 pays africains, impliquant la nécessité absolue de créer massivement des écoles primaires, des collèges, des lycées et des universités. Toutefois, même avec une capacité de fabriquer et d’équiper toutes ces salles de classes il est évident que le nombre de professeurs ne serait pas suffisant pour résoudre le problème de la formation aussi bien en Côte d'Ivoire que sur l'ensemble du continent.

 

 

La plateforme en ligne Tootree, déclinée en français et en anglais, aurait déjà établi des contacts avec des établissements d'enseignement secondaire au Nigeria pour établir des partenariats, un marché gigantesque qui peut constituer une véritable rampe de lancement vers une croissance pérenne. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

APIECO

Pour produire et vendre du miel biologique à l'échelle industrielle

 

APIECO est un projet d’unité de production & de vente de miel biologique & de produits dérivés, porté par Mr Kouadio Fodjo San. Cette unité est située aux alentours du Parc de Comoé, situé au Nord-Est de la Côte d’Ivoire.

 

Les raisons d’y croire :

 

Une étude inédite réalisée en 2017 par des chercheurs de l’Université de Neuchâtel (Suisse) indique qu'une grande majorité des miels produits et consommés dans le monde sont contaminés par des pesticides. Même si ce rapport a montré que cette concentration de produits toxiques détectés n’est pas considérée comme dangereuse à court terme pour l’être humain, une consommation régulière - et en quantité importante - de ce miel intoxiqué peuvent avoir des effets néfastes sur la santé, d’autant plus ces substances nocives peuvent altérer significativement la qualité du miel récolté. C’est dans ce contexte assez alarmant que le projet APIECO entend développer une apiculture respectueuse des abeilles et de l'environnement dans les localités avoisinantes du Parc national de la Comoé. Selon un rapport publié en 2017 sur la contribution du Parc au développement de cette région , « la présence d’une grande diversité de plantes, donc de fleurs, à butiner a un impact positif sur la qualité et la quantité de la production de miel dans la région du PNC [ ... ] » . 

 

Kouadio Fodjo San, porteur du projet APIECO, ajoute que la réserve de Comoe et ses alentours sont préservés des « pesticides et autres feux de brousse ».

 

La production de miel ne suffit pas à répondre totalement à la consommation locale. C’est pourquoi APIECO compte diversifier ses circuits de distribution

( ventes directes, ventes aux restaurants, aux épiceries , aux pâtisseries etc...), les chaînons manquants indispensables à une véritable industrialisation de ce secteur. Par ailleurs, le miel pur issu de l'agriculture biologique autour du Parc de Comoé, dont APIECO se fait le chantre, pourrait répondre scrupuleusement aux exigences draconiennes imposées par l’Union européenne en matière de normes de qualité et de cahier des charges, au cas où la Côte d’Ivoire rejoignait un jour la ( très courte) liste des pays africains autorisés à exporter vers les 28 États européens.

 

Les coordonnées de contact sont celles de la structure d'appui Incub'Ivoir.

 

 

 

 

 

 

KEIWA

Pour centraliser la gestion de la comptabilité, la trésorerie et la facturation chez les entrepreneurs informels

 

Keiwa est une application spécialement conçue pour les commerçants issus du secteur informel et les néo-dirigeants en gestation, non initiés à la comptabilité.

 

 

Les raisons d’y croire :

 

Le secteur informel occupe une place centrale dans l’économie ivoirienne. D’après l’ENSESI de 2016 (Enquête Nationale sur la Situation de l'Emploi et le Secteur Informel), 93,6% des emplois sont issus du secteur informel. Selon un autre rapport du CAPEC (Cellule d’Analyse de Politiques Économique du CIRES), « [ ... ] les unités de production informelle (UPI) ne tiennent pas de comptabilité conforme aux normes de l’OHADA. En effet, seulement 17% des UPI tiennent une comptabilité et 8% d’entre elles tiennent une comptabilité formelle [ ... ]. Dans le contexte ivoirien peu d’entreprises du secteur informel tiennent une compatibilité ». Le même document ajoute que « la plupart des entreprises informelles (89%) n’a pas accès pas au financement des institutions financières pour le développement de leurs activités » Or, une comptabilité véhiculant une image fidèle du patrimoine de l'entité donne l’opportunité aux entrepreneurs informels de mieux s'intégrer dans le circuit économique et d’accéder, de ce fait, aux sources de financements. L’application KEIWA se veut comme outil servant à tenir une comptabilité simplifiée, susceptible de fournir des informations financières fiables aux établissements bancaires, en vue de l’octroi de financements. Le secteur informel est un enjeu des politiques de développement de la quasi-totalité des pays africains, ce qui laisse présager des perspectives d'expansion rapide pour la société Dothan Group dont Fabrice Koffi est le gérant.

 

 

 

 

 

 

WIZODIA

Pour faciliter la gestion d’un projet immobilier en Afrique depuis l’étranger

 

La société Wizodia, cofondée par le Togolais Yao Attignon et l’Ivoirien Lionel Menzan, propose d’accompagner en ligne les ressortissants africains établis à l’étranger dans leurs projets de construction de maison ou autre bien immobilier.

 

Les raisons d’y croire :

 

Dans la perspective d'un retour dans leur pays d'origine, les Africains issus des diasporas supervisent à distance la construction de leur future habitation en sollicitant des interlocuteurs résidant sur place. Malheureusement il sont constamment confrontés aux difficultés posées par l’identification des bonnes personnes, fiables, transparentes et dignes de confiance : Soit l'argent n'est pas utilisé aux fins pour lesquelles il a été autorisé ou bien le cahier des charges n’est pas respecté scrupuleusement.

Wizodia assure aux utilisateurs le suivi en temps réel des travaux relatifs à la concrétisation des projets de construction en s’appuyant sur son réseau d’experts locaux en BTP qui vont coordonner l’intervention des différents acteurs : obtention du permis de construire, étude de faisabilité, l’acquisition du terrain, l’ouverture du chantier proprement dit etc...

 

« [...] Une équipe de professionnels qualifiés et référencés va s'occuper quotidiennement du suivi des travaux et fera un compte-rendu réguliers aux clients, directement sur la plateforme à travers des vidéos et des photos [...] » explique Lionel Menzan lors de la présentation du projet entrepreneurial, au sein de l’ambassade de Côte d’Ivoire à Paris le 29 Juin 2018.

 

Cette plateforme d’intermédiation immobilière digitale peut surfer sur le phénomène des « Repats », des cadres dirigeants africains formés à l’étranger, souhaitant retourner travailler sur le continent et préparant le « terrain » sur place ( sans vouloir faire un jeu de mot) avant de s’y installer à titre définitif. Un mouvement entamé dès les années 2000 qui s’est amplifié au fil du temps.

 

 

 

 

 

ESSENCE K

Pour réinventer l’innovation thérapeutique et l’industrie cosmétique en Côte d’Ivoire

 

Le projet Essence K mènera à la fabrication d’une huile essentielle de cacao qui servira, par la suite, à concevoir des parfums, des baumes, des masques ou des gommages.

 

Les raisons d’y croire

 

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao, voit de temps à autre ses cargaisons de fèves, destinées à l’export, rejetées pour non-respect des normes

( taille des fèves, niveau d’acides gras libres etc...). Selon le Conseil Café-Cacao,

« les arrivages de cacao aux deux ports ivoiriens de San Pedro et Abidjan auront, en définitive, baissé de 4% sur la campagne principale 2017/18, qui s'est déroulée du 1er octobre au 31 mars ».

 

Le fondateur de Sphène Laboratoire, Patrice Yapi, précise « qu’en 2017, environ 40% des fèves de cacao ont été rejetées [ ... ] ce qui a occasionné une perte de 600 000 tonnes correspondant à un manque à gagner de 628 milliards de FCFA pour la filière ».

 

Ces fèves non marchandes pourraient servir à produire de l’huile essentielle de cacao ayant des vertus thérapeutiques, cosmétiques et culinaires : un remède contre le stress,  un antidote contre la fatigue, un mécanisme de régénération et de protection de la peau etc... 

Patrice Yapi assure qu’Essence K « est dans sa dernière phase de finalisation » et espère, une fois l’obtention d’autorisation de mise sur le marché, que le développement ouvrira de formidables débouchés commerciaux.
 

 

 

 

 

 

Le Grenier

Pour mutualiser les livraisons de produits maraîchers vers les différents points de vente et des nouveaux débouchés

 

Le " Grenier " est une plateforme de co-voiturage dédiée aux producteurs maraîchers qui souhaitent organiser des livraisons groupées, que ce soit dans le cadre de circuits courts (ventes directes aux consommateur sur un marché) ou pour des circuits longs (chaînes de supermarchés, épiceries, grossistes, restaurants etc...) . Concrètement, un maraîcher consulte en ligne les trajets et dates de livraison, ainsi que les coordonnées de contact postés par d’autres producteurs de légumes et de fruits. La personne inscrite sur le site web recevra des notifications par sms ou mail, lorsqu'un trajet posté qui correspond au sien passe près de chez elle. Une fois la réception de ces alertes SMS ou e-mail, l’utilisateur de la plateforme et les autres producteurs maraîchers doivent discuter sur les modalités du co-voiturage : lieu de rencontre capacité de chargement, lieu de livraison etc...

 

Les raisons d’y croire :

 

" Le Grenier " est né de la volonté de deux jeunes entrepreneurs, Urbain Yapo, sociologue et passionné de développement local et Alyne-Aurélie Kouassi, étudiante en master 2 option management des entreprises et organisations agropastorales, d'accroître les débouchés concernant le surplus de stock produits maraîchers qui ne peuvent être conservés à moyen terme ou vendus à contre-saison .

 

« En Côte d’Ivoire, les femmes maraîchères sont confrontées régulièrement à des surplus de production difficiles à écouler sur le marché. Les invendus sont complètement perdus » déplore Alyne-Aurélie Kouassi

 

La plateforme Internet " le Grenier " est en cours de finalisation.

 

 

 

 

 

 

ConnectX Global

Pour favoriser les échanges de bonnes pratiques autour de thématiques porteuses

 

Le " serial entrepreneur "  ivoirien Bacely Yorobi a créé une plateforme à vocation internationale, ConnectX Global, aidant des experts, des investisseurs et des dirigeants d’entreprise issus de la diaspora africaine et leurs homologues venant des pays émergents à se rencontrer autour de thématiques précises telles que l’innovation technologique, l’entrepreneuriat ou le capital-investissement.

 

 

Lire aussi :​ Bacely Yorobi : Un " Geek " très engagé

 

 

 

Les raisons d’y croire :

 

Des nouveaux pôles de compétitivité se distinguent sur l’échiquier mondial : les pays émergents tels que la Chine, l’inde, Afrique du Sud, Indonésie ou le Mexique et les " Marchés Frontières ", à l’instar de la Côte d’Ivoire, le Botswana, le Nigeria, le Kenya ou l’Estonie, changeant radicalement ainsi la configuration des rapports économiques dans ce contexte de globalisation. Afin que ces pays maintiennent leurs avantages concurrentiels dans cette nouvelle donne internationale, ConnectX Global a jugé important de faire intervenir régulièrement des conférenciers dans ses propres " meetups ", parmi lesquels les patrons de start-up les plus en vue dans cette région du monde, des experts, des consultants qui souhaitent partager leurs bonnes pratiques autour des thématiques de l’innovation, le numérique, le design et l’entrepreneuriat ou des investisseurs auprès de qui l'on souhaite réussir son pitch de présentation.

ConnectX Global a pris le soin de mettre toutes les chances de son côté en se positionnant clairement sur une niche, celle des pays émergents et des marchés frontières, ce qui permet d’éviter de se mettre dans une situation de concurrence directe avec la célèbre plateforme de réseautage social Meetup.com et réussir ainsi son développement commercial.

 

                             Bacely Yorobi (à gauche) et ses associés. Crédits : ©ConnectX Global

 

 

 

 

 

 

 

EASY CI

Pour gagner du temps

 

EASY CI est une conciergerie connectée, dédiée aux services de pressing, de cordonnerie et de repassage.

 

Les raisons d’y croire :

 

Selon le dernier rapport " Hospitality report 2018 " de l'agence panafricaine de voyage en ligne " Jumia Travel ", la Côte d’Ivoire occupe la troisième place africaine pour le tourisme d’affaires après le Nigeria et le Maroc, une aubaine pour les fondateurs d’EASY CI, soucieux de voir des particuliers, des dirigeants d’entreprise, des investisseurs ou des touristes culturels séjourner dans le pays dans de bonnes conditions. C’est souvent la même chose dans les grandes villes à travers le monde et, en l’occurrence, Abidjan n’échappe pas à la règle, bien au contraire. L’activité de conciergerie s’y s'industrialise de manière très rapide : de la gestion du linge de maison ou la planification d’un rendez-vous chez le coiffeur, jusqu’à la réservation d’un restaurant gastronomique ou d’une voiture avec chauffeur pour les plus fortunés, en passant les démarches administratives en vue d’un voyage imprévu etc... Il est fort à parier qu’EASY CI sera amené à élargir très rapidement sa gamme de services.  

 

 

 

 

 

Emman l’éplucheuse

Pour réduire le temps de travail des personnes " transformatrices " de manioc

 

Serge Evan Kouakou a créé ‘Emman l’éplucheuse’, une machine à éplucher les tubercules de manioc

 

Les raisons d’y croire :

 

Selon le rapport publié en Novembre 2017 portant sur la chaîne de valeur du manioc en Côte d’Ivoire, « [ ... ] le potentiel du manioc comme culture de rente suscite un regain d’intérêt en raison de l’augmentation de la demande [ ... ]. Le retour de la stabilité économique, après la crise de 2010, encourage les investisseurs à rechercher de nouvelles opportunités dans le secteur agricole ».

 

Avec une production de manioc estimée à 4,54 millions de tonnes en 2016 ( source FAO), la Côte d’Ivoire se situe dans le le top 5 à l’échelon continental, juste derrière le Nigeria, le Ghana et le Bénin. L’attiéké, issu du manioc, figure parmi les spécialités culinaires de grande consommation dans le pays. Son processus traditionnel de production requiert des spécialisations de tâches, parmi lesquelles, des opérations d'épluchage de tubercule, longues et extrêmement fastidieuses, au point de décourager parfois les femmes « transformatrices» les plus téméraires, organisées généralement en association et représentant une part non négligeable des travailleurs dans la chaîne de production .

La machine " Emman l’éplucheuse " met moins de temps pour éplucher un tubercule de manioc , selon son concepteur Kouakou Serge Evan, et réduira considérablement la pénibilité du travail liée des contraintes physiques très marquées parmi les personnes qui s’occupent de cette tâche.

 

Les coordonnées de contact sont celles de la structure d'appui Incub'Ivoir.

 

 

 

 

 

 

Maroc Etudes For Africa

Pour faciliter la vie des étudiants étrangers au Maroc

 

La plateforme en ligne " Maroc Etudes For Africa " organise le séjour des étudiants originaires d’autres pays africains : du stade de la candidature aux établissements d’enseignement, jusqu’aux détails du quotidien qui compliquent généralement la vie estudiantine , en passant par les procédures de délivrance de visas aux étudiants étrangers ou la recherche d’un logement universitaire au Maroc.

 

Les raisons d’y croire :

 

Le Maroc est l'eldorado pour un bon nombre d’étudiants issus du reste du continent. Selon le site d'information leconomiste.com attirent de plus en plus d’étudiants étrangers. Près de 19.157 étudiants étrangers ont poursuivi leurs études l’an dernier dans des écoles et universités marocaines, dont l'immense majorité (82%) provient d’Afrique subsaharienne,

Étudier à l’étranger, c’est comme s’aventurer en terre inconnu, surtout s’il s’agit de la première fois. Le fait de poursuivre un programme universitaire dans le royaume chérifien n’échappe pas à la règle. Les étudiants étrangers sont confrontés à la même problématique vécue ailleurs : la complexité des dispositifs administratifs, les difficultés à identifier les établissements dotés d’un label prestigieux (par rapport à la qualité du corps professoral et la pertinence de la démarche pédagogique), l’inadéquation entre la formation choisie et les aspirations professionnelles, le financement du séjour etc.... D’où la création du site web Maroc Etudes For Africa pour accompagner les étudiants africains dans leurs démarches, en amont et en aval

 

 

 

 

 

 

 

Sur la même thématique : 

 

Incub'Ivoir lance le programme " Speed Farmer "

 

70 questions que des investisseurs pourraient poser à un patron de start-up

 

Devenir Business Angel : comment investir dans une PME ou une start-up ?

 

Abidjan, Tunis et Nairobi : 3 destinations d’affaires mises à l’honneu

 

Entreprendre en Afrique : Les villes où prospèrent les multimillionnaires

 

Que valent les agences africaines pour la promotion des investissements ?

 

 

Par Harley McKenson-Kenguéléwa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Tags :

 

 

journal des startups en Afriquejournal des entrepreneurs en Afrique

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Article à l'affiche

Palmarès des meilleures 25 villes d'Afrique où il fait bon de lancer sa start-up

July 25, 2019

1/1
Please reload

Articles Récents
Please reload